Autour des relations conjonctives interphrastiques dans les productions écrites en français langue seconde d’apprenants universitaires : essai d’analyse textuelle

par Nasrin Sanei-Kashani

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Laurent Masegeta Kashema Bin Muzigwa.

Soutenue le 31-08-2012

à Strasbourg , dans le cadre de École doctorale Humanités (Strasbourg) , en partenariat avec Linguistique, langues, parole (Strasbourg) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Jean-Christophe Pellat.

Le jury était composé de Nathalie Gettliffe, Jean-Charles Pochard.

Les rapporteurs étaient Henri Madec, Alpha Ousmane Barry.


  • Résumé

    Analyser la conjonction dans des productions écrites d’apprenants n’a jamais véritablement connu beaucoup de succès dans les recherches linguistiques, singulièrement dans le contexte du français (langue maternelle, langue seconde ou étrangère). Ce relatif intérêt de la littérature savante en matière de conjonction dans l’écrit portant sur le processus d’apprentissage des langues est sans doute l’une des raisons qui justifient notre préférence pour cette étude d’autant plus que derrière une telle thématique on pourrait souligner le fait qu’examiner la manière dont des étudiants allophones à majorité anglophones rédigent en français langue seconde (une comparaison qui se fait entre deux niveaux de compétence linguistique que sont le niveau 2 et le niveau 4) est susceptible de nous fournir l’occasion de nous pencher d’un peu plus près sur les moyens conjonctifs (en termes de nombre, de variété et d’utilisation). Une telle approche nous a paru être d’un grand intérêt pour les multiples éclairages que ce biais apporte, d’une façon générale, à la problématique de la conjonction ainsi qu’à ses autres substituts morpho-syntaxiques et sémantiques. Quant à la grille d’analyse que nous nous sommes efforcée d’échafauder, elle comprend quatre volets permettant à chacun des 4 la gestion d’une analyse ponctuelle. Mais, d’une manière générale, elle nous a semblé susceptible d’obtenir des résultats variés satisfaisants. Ces résultats, dont certains nous semblent pouvoir corroborer ceux d’autres travaux portant sur l’analyse de la conjonction dans des textes écrits en d’autres langues que le français, devraient nous permettre aussi, croyons-nous, de pouvoir déceler des différences significatives entre les niveaux d’observation quant au nombre d’éléments conjonctifs, à la fois dans leur variété et dans leurs diverses utilisations.

  • Titre traduit

    About interphrasal and conjunctive relationships in French as a second language written material of academic learners : a textual analysis essay


  • Résumé

    The analysis of conjunction in written compositions of learners has never been very successful in linguistic research, particularly in the context of French as (mother tongue, second or foreign language). This relative lack of interest of scholarly literature regarding conjunction in written compositions, related to the learning process of languages is probably one of the reasons we chose the present study, especially because we can highlight throughout this topic the fact that analyzing the way allophone students write in French as second language, most of them are English speakers (a comparison made between two levels of linguistic competence, I.E. level 2 and level 4) may offer the opportunity to look more closely into the conjunctive means ( in terms of number, variety and use). Such an approach appeared very interesting to us, thanks to the numerous insights it generally provides into the conjunction problem and its other morpho-syntaxic and semantic substitutes. It is true that such a work, even so designed, could not be conducted without a first detour into the most well known works in French. As for the analysis grid we endeavoured to construct, it consists of four parts, each part is supposed to conduct a case-by-case analysis. But it is likely to achieve in general varied satisfactory results. These results, some of which seem to corroborate other works’ results focusing on the conjunction analysis in texts written in languages other than French, should also allow us, we believe,to be able to discern significant differences between the levels of observation regarding the number of conjunctive elements, both in their variety and in their various uses.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique 063.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.