L'auto-détermination par la loi : Kant et la question du sujet

par Yoshihiro Homma

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Jacob Rogozinski.

Soutenue le 13-04-2012

à Strasbourg , dans le cadre de École doctorale Humanités (Strasbourg) , en partenariat avec Centre de recherches en philosophie allemande et contemporaine (Strasbourg) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Jean-Christophe Goddard.

Le jury était composé de Mai Lequan.

Les rapporteurs étaient Yasuhiko Murakami.


  • Résumé

    L’enjeu principal de cette recherche consiste à démontrer qu’il y a une pensée spécifique du sujet chez Kant. L’auteur repère le fondement de la subjectivité kantienne dans l’acte libre de se donner la loi. La loi éthique, c’est la loi que je me donne moi-même. Et pourtant, la loi est l’impératif qui s’adresse au moi à la deuxième personne : la loi s’adresse au moi comme l’impératif « tu dois ». En tant qu’impératif, la loi se présente comme ce qui m’est donné, et je me conçois comme celui qui est posé devant la loi. Cela veut dire que je m’éprouve, en me soumettant à la loi, comme un «toi » à qui la loi s’adresse, et que la loi apparaît comme provenant de l’autre ou du dehors. Ne peut-on pas alors dire que je me donne la loi comme si j’obéissais à la loi de l’autre qui m’appelle à la deuxième personne ? Ou bien, comme si je traitais comme un autre mon moi qui obéit à la loi ? Par l’autre, l’auteur pense à l’altérité interne dans l’acte d’auto-détermination par la loi. Bien que le moi n’a affaire qu’à lui-même dans l’auto-détermination par la loi, l’autre intervient dans la relation du moi qui donne la loi et du moi qui obéit. L’ipséité du moi constitue ainsi l’épreuve de l’altérité du moi. Que je m’éprouve dans l’auto-détermination par la loi, c’est cette épreuve de soi que l’auteur a essayé d’élucider avec Kant.

  • Titre traduit

    The self-determination given by the law : Kant and the problem of subjectivity


  • Résumé

    The purpose of this research aims at demonstrating that there is a specific conception of the Self in Kant. According to the author, the fundamental of the subjectivity in Kant can be found in the free will acting under the law that it gives to itself. For Kant the moral law is the law I give to myself. Nevertheless, the law is understood as an imperative that I give to myself by using the second person, that is to say that one is addressed by the moral law under the imperative form " you must ". It means that I consider myself as the "you" to whom the law is addressed. To me, the law is an imperative addressed by the other person, that is to say an imperative coming from outside. Thus, it might be possible to consider that when I give to myself the law it is the same as if I obey the other law, which is addressed to me with the second person? Or, shall we say that I consider myself as the other person who obeys the law? By the term “the other”, the author means the internal otherness existing in the action of self-determination resulting from the law. This is related to the question of identifying the enlightenment of the other’s status, which is involved in the action of self- determination given by the law. Although I have to deal with myself in the self-determination given by the law, the other is involved in the relation that opposes myself, when I give to myself the law, to me as the subject who obeys the law. The subjectivity might be interpreted as the test of the otherness existing in the Self. The fact that I consider myself as “the other” in the self-determination given by the law, can be seen as the test of the otherness existing in the Self and this is what the author aims at clarifying based on his works on Kant’s thoughts.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique 063.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.