Plumes royales : l’art épistolaire chez les souverains et souveraines de Navarre et de France au XVIe siècle.

par Chloé Pardanaud-Landriot (Pardanaud)

Thèse de doctorat en Littératures française et francophone

Sous la direction de Eliane Viennot.

Le président du jury était Michèle Clément.

Le jury était composé de Gary Ferguson, Nicolas Le Roux, Gilbert Schrenck.


  • Résumé

    La première partie présente l'état des connaissances actuelles sur les souverains et souveraines de Navarre et de Franceau XVI' siècle. Elle recense les publications de leurs écrits ainsi que les différents angles sous lesquels ils ont étéenvisagés jusqu'à présent par les chercheurs. Elle précise enfin selon quels critères a été établi le corpus étudié (choixdes lettres, compléments inédits).La deuxième partie définit les contextes culturels et matériels des correspondances royales. Elle fait le point sur l'étatdu genre épistolaire à la Renaissance, sur l'éducation et la culture des princes et princesses, ainsi que sur les contraintesmatérielles qui pèsent sur la rédaction de leurs missives.Les deux dernières parties sont consacrées à l'étude des lettres. Les stratégies discursives mises en place par les rois etles reines dépendent du rapport qu'ils entretiennent avec leur destinataire. Cela oblige à distinguer les lettres adresséesaux membres de la sphère publique de celles qui sont réservées à la sphère privée. Au-delà de cette distinction, onconstate que les différences stylistiques dépendent également de l'exercice (ou non) de l'autorité royale ainsi que dugenre (masculin ou féminin) de l'épistolier. Les différences de genre ne sont nullement <<naturelles>>, mais construitessocialement pour répondre à des objectifs précis.À partir de ces travaux, on peut faire l'hypothèse que la pratique épistolaire des rois et des reines exerce une influencesur les théories de l'époque. Enfin, ils confirment qu'au-delà d'une pratique d'écriture commune, la plupart dessouverains et souveraines possèdent un véritable style personnel.

  • Titre traduit

    The art of letter-writing by the kings and queens of Navarre and France in the sixteenth century.


  • Résumé

    The first part shows what is known toda y about the Royals of Navarre and France in the sixteenth century. It lists thepublications of their writings as well as different researchers' points of view about them up to now. Finally it specifiesunder which criteria the studied corpus bas been established (choice of letters, unpublished works).The second part describes the cultural and material contexts of the royal correspondence. It demonstrates the genre ofletter writing during the Renaissance period, the education and culture of princes and princesses as weil as the materialconstraints which influenced the ability of writing their letters.The last two parts are devoted to the study of letters. The language used by the kings and queens depended on therelationship between them and their correspondents. This makes a distinction between letters to members of the publicand those intended for personal correspondence. Beyond this distinction, it is noticed thal the differences in styledepend also on the exercising (or not) of royal authority, as well as on the gender of the writer. The different genresused in writing are in no way "natural" but dictated by society in order to address specific requirements.From these works the following hypothesis can be made: the kings' and queens' practices of letter writing influencedthe theories of the period. Furtherrnore, this study confirms thal beyond the practice of a universal way of writing, themajority of kings and queens bad their own unique persona! style.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Jean Monnet. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.