Adénocarcinome de l'ethmoïde : de la clinique à la biologie moléculaire

par Olivier Choussy

Thèse de doctorat en Biologie. Santé

Sous la direction de Jean-Christophe Sabourin.

Soutenue en 2012

à Rouen .


  • Résumé

    L'adénocarcinome de l'ethmoïde est une tumeur rare des sinus. Il touche de préférence les travailleurs du bois. Son diagnostic est tardif car les signes cliniques sont banaux. Le traitement repose sur l'association chirurgie- radiothérapie post-opératoire. La survie à 5 ans est de 60 %. Afin d'augmenter la survie, il est important d'améliorer la précocité du diagnostic. Grâce à la création d'une base de données, ce travail a permis de cibler les personnes à risque de développer cette lésion. L'homme dans sa 6ème décade, travailleur du bois, présentant des signes rhinologiques unilatéraux dominés par les épistaxis doit être particulièrement exploré. Les facteurs de risque de récidive ont été précisés : la non exposition au bois, l'extension endocrânienne, la présence d'adénopathie métastatique et la taille initiale de la tumeur. La radiothérapie post-opératoire, employée par de nombreuses équipes, semble permettre une amélioration du contrôle local mais au prix d'une toxicité sévère. Nous avons montré qu'une sélection des patients devant bénéficier de radiothérapie est nécessaire afin de limiter les toxicités et permettre un traitement optimal. La chimiothérapie n'a, pour la grande partie des équipes, d'intérêt que dans les situations palliatives. Les nouvelles biothérapies, mieux tolérées et moins toxiques, n'ont pas d'indication dans cette pathologie. Histologiquement, les adénocarcinomes coliques et ethmoïdaux de type intestinal sont très proches. Les anti-EGFR jouent un rôle thérapeutique dans les adénocarcinomes coliques en l'absence de mutations génétiques. Nous avons exploré dans les adénocarcinomes de l'ethmoïde les voies génétiques connues dans l'adénocarcinome colique. Nous avons pu montrer la similitude en biologie moléculaire entre ces 2 lésions. Ce travail a permis de mieux cibler les patients susceptibles de présenter une telle lésion, les signes cliniques sont maintenant mieux connus. Les nouvelles thérapeutiques semblent pouvoir jouer un rôle. Un essai thérapeutique ouvrant sur une nouvelle solution thérapeutique.

  • Titre traduit

    The adenocarcinoma of the ethmoid : from the genetic phenotype to the clinical aspect


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Ethmoidal Adenocarcinoma is a rare tumor of the sinonasal tract. It affects preferentially men in the wood industry. Diagnosis is often delayed because symptoms and clinical signs are non specific. The treatment is based on surgery combined with postoperative radiotherapy. The 5- year survival rate is over 60%. To improve survival, it's important to improve screening and early diagnosis witch allows to target the at risk-population of such lesion. The sixty years old woodworker, with rhinological signs dominated by unilateral epistaxis should be particularly explored. Risk factors for recurrence that were identified iclude non-exposure to wood, intracranial extension, the presence of lymph node metastasis and the initial staging of the tumor. Post-operative radiotherapy, used by many teams seems to improved the local control but with severe toxicity. The radiobiology does not plead for a high radiosensitivity of this lesion and the role of the radiotherapy in controlling the disease remains uncertain. Chemotherapy has been reported to be in use in palliative situations. Some authors identified chemotherapy as effective mesure but must be reserved for young patients with good health status. The new biological targeted therapies, better tolerated and less toxic was not specified for this disease. The anti-EGFR therapy plays a role in colon adenocarcinomas under certain conditions. Due to the histological similarity between colorectal and ethmoidal intestinal-type adenocarcinomas it seems to be interesting to establish the molecular characterization of the ethmoidal intestinal-type adenocarcinomas that could allow us to hope to treat adenocarcinoma of the ethmoid by anti-EGFR. The EGFR was present with no mutation in our series. KRAS, the main factor of resistance to anti-EGFR in colorectal adenocarcinomas, is only present in 14 of our patients. This work permited better clinical targeting of the at-risk population. The symptoms were refined and are now well known. The EGFR was expressed with no mutation. Only 14% of KRAS mutation was observed. The new targeted therapies can be suggested in this pathology.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (125 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 100-116

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Rouen Normandie. Service commun de la documentation. BU Santé.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : THD 12.14
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.