La fiction de John Le Carré à l'ère du soupçon : du roman policier au roman d'espionnage.

par Dorothée Huchet

Thèse de doctorat en Études anglophones

Sous la direction de Sophie Marret.

Soutenue le 06-12-2012

à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Arts, lettres, langues (Rennes) , en partenariat avec Université européenne de Bretagne (PRES) .

Le président du jury était Jean-Pierre Naugrette.

Le jury était composé de Claire Charlot, Hélène Machinal, Benoît Tadié.

Les rapporteurs étaient Jean-Pierre Naugrette, Denis Mellier.


  • Résumé

    Nombre de lectures concernant la fiction d’espionnage de John le Carré s’accordent sur la place particulière que celle-ci occupe au sein du genre. Pourtant, aucune ne met en regard la spécificité des romans et de l’écriture le carréenne, avec ses emprunts au roman de détection ou au roman américain hard-boiled, et le contexte politique, philosophique et épistémologique. Lorsque les premiers romans de le Carré sont publiés, dans les années 1960, le monde connaît d’importants bouleversements sociaux et politiques. Si de nouveaux enjeux naissent alors dans le roman d’espionnage, et si la fiction de John le Carré fait partie de celles qui incarnent ces changements, on retrouve plus particulièrement chez l’auteur les marques de la rupture épistémologique des années 1960 : flexibilité des valeurs morales au sein des services de renseignements, vide dogmatique, et parfois idéologique, chez l’agent professionnel, ou encore remise en cause de l’Histoire, qui est perçue chez le Carré comme le résultat d’actes de manipulation. Ainsi, en entrant dans l’ère du soupçon, telle qu’elle est dépeinte et magnifiée dans le monde secret de le Carré, son oeuvre offre un reflet des inquiétudes qui marquent la postmodernité de la fin du XXe siècle. Pourtant, l’oeuvre s’en éloigne d’un autre côté en ce qu’il ne renvoie pas à un vertige sans fin du sens ou une absence totale de vérité. Il laisse la possibilité au héros d’évoluer et d’apprendre. D’un point de vue littéraire, bien que le Carré suive le modèle d’écriture du roman d’espionnage, il l’a aussi en partie refaçonné de l’intérieur en le tirant du côté du roman policier et de la quête de vérité mais aussi en l’enrichissant des questions postmodernes. L’oeuvre de l’auteur se retrouve donc à une position médiane : il est entré dans la postmodernité sans toutefois céder à l’excès de la multiplicité ou du chaos et il continue d’utiliser les conventions d’un genre qu’il maniepour les faire évoluer vers une réflexion sur la place de l’être humain

  • Titre traduit

    The fiction of John Le Carré in the era of suspicion : from the detective story to the spy novel


  • Résumé

    Many readings of John le Carré’s spy fiction agree on its particular position within the genre. However, none link the specificity of the le carrean novels and writings, borrowing from the detective novel and the American hard-boiled novel, to the political, philosophical and epistemological context. When the first novels by John le Carré were published, in the 1960s, the world was facing great political and social upheavals. If new elements are then apparent in the spy novel, and if le Carré’s fiction is one of those which embodies these changes, traces of the epistemological break of the 1960s is clear in the author’s works: the flexibility of the moral values within the secret services, the dogmatic, and sometimes ideological, void in the professional agent, or again the reassessment of History, perceived as the result of acts of manipulation in le carrean fiction. Therefore, while his work enters the era of suspicion, as described and magnified in the covert world of John le Carré, it is a reflection of the anxieties specific to postmodernity at the end of the twentieth century. Nevertheless, on the other hand, the novels drift away from this as they do not convey an endless multiplication of meanings or a total absence of truth. The hero has the possibility of evolving and learning in his novels. From a literary standpoint, although le Carré follows the writing pattern of the spy novel, he has also partly reshaped it from the inside when he brought it towards the detective novel and the quest for truth and when he enriched it with postmodern questions. His work therefore occupies an in-between position: it has entered postmodernity without giving way to the excess of multiplicity or chaos, and it has continued to use the genre conventions to make them evolve towards a reflection on the place of the human being

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Rennes 2 - Bibliothèque en ligne. Service commun de la documentation. Bibliothèque de ressources électroniques en ligne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.