Dimension (in)visible : réception technologique comme valeur ajoutée vers une architecture amplifiée

par Joanna Wlaszyn

Thèse de doctorat en Architecture

Sous la direction de Jac Fol.

Le président du jury était Antoine Picon.

Le jury était composé de Jac Fol, Elizabeth Mortamais, Jean-Michel Salanskis.

Les rapporteurs étaient Anne Sauvageot, George Teyssot.


  • Résumé

    L'objet de cette recherche consiste à capturer et analyser les relations entre l'architecture et les technologies récentes sous l'angle de la perception. Loin de la subjectivité supposée, l‘analyse guidée par la notion d'expérience perceptive s'appuie à la fois sur des concepts esthétiques et phénoménologiques. Cette double réflexivité porte également sur une étude de cas conceptuels et « concrets » qui opèrent la vision de la spatialité architecturale dans des tensions spéculatives entre le monde « numérique » et physique. La problématique porte sur la réception de l'architecture comme valeur culturelle et production intellectuelle, coordonnée par des moyens technologiques qui l'amplifient. S'inscrivant dans l'hypothèse qu'aujourd'hui l'architecture est loin de « servir » uniquement de réponse aux questions formelles, structurelles et fonctionnelles, la recherche démontre que l'architecture s'approche de plus en plus du champ artistique en phase d'expérimentations permanentes. Analysant les facteurs d'esthétisation de concepts variés, l'étude des cas vise à appréhender l'aspect cognitif et la valeur esthétique de la réception technologique — notion nouvelle, introduite comme un outil opératoire permettant d'aborder les aspects sensibles, hybrides et variables de la production architecturale. L'originalité de cette recherche consiste donc à analyser les connexions instables qui caractérisent les processus actuels de transitions diverses dans le domaine de l'architecture. À ce titre, cette recherche propose d'ouvrir le champ de la discussion autour du « digital » selon les principes de la singularité architecturale dans la pluralité des réceptions possibles

  • Titre traduit

    (In)visible dimension : technological reception as added value to amplified architecture


  • Résumé

    The purpose of this research is to capture and analyze the relationships between architecture and recent technologies in terms of perception. Far from the supposed subjectivity, this analysis guided by the notion of perceptual experience, is based on both phenomenological and aesthetic concepts. This double reflexivity also relates to the conceptual and "concrete" case studies operating the architectural vision of spatiality in speculative tensions between the "digital" and the physical word. The problematic concerns the reception of architecture as a cultural value and intellectual production, coordinated by technological means that amplify it. In keeping with the assumption that today's architecture is far away to "serve" only as a response to formal, structural and functional questions, this research shows that architecture is increasingly approaching the artistic field in phase of permanent experimentations. By analyzing the factors of aestheticization of various concepts, case study seeks to understand the cognitive and the aesthetic value of the technological reception — new notion, introduced as an operational concept to approach the sensitive, hybrid and variables issues of architectural production. The originality of this research consist of analyzing the unstable connections that characterize the current processes of various transitions in the field of architecture. As such, this research proposes to open the scope of the discussion around the "digital" according to the principles of architectural singularity in the plurality of possible receptions

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Communautés d’Universités et d'Etablissements Université Paris-Est. Bibliothèque universitaire.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.