Causes et conséquences de l’activation de l’interféron de type I dans les maladies auto-immunes. Étude dans le modèle du syndrome de Sjögren

par Nicolas Gestermann

Thèse de doctorat en Immunologie

Sous la direction de Corinne Miceli-Richard et de Xavier Mariette.

Le président du jury était Marc Pallardy.

Le jury était composé de Corinne Miceli-Richard, Xavier Mariette, Lars Rogge, Vassili Soumelis.

Les rapporteurs étaient Géraldine Falgarone, Philippe Dieudé.


  • Résumé

    Le syndrome de Sjögren primitif (SSp) est une maladie auto-immune (MAI) systémique ayant des caractéristiques communes avec le lupus érythémateux. Ces caractéristiques incluent des mécanismes physiopathologiques et des facteurs de predispositions génétiques. Notre équipe et d’autres groupes ont pu mettre en evidence une signature interféron (IFN) dans les glandes salivaires et les PBMCs de patients ayant un SSp. Cette découverte a permis de mettre en évidence de nouvelles voies à explorer dans la pathogénie du SLE et SSp en permettant la focalisation des recherches sur le rôle de l’immunité innée et de la voie IFN.Nous avons confirmé le rôle de 2 gènes importants dans le SSp, impliqués dans les voies des IFN. Le premier est IRF5 sur la voie IFN de type I et STAT4 sur la voie IFN de type II. Nous avons pu mettre en évidence une fonctionnalité de l’allèle à risque d’IRF5 (Polymorphisme Indel situé dans le promoteur). Concernant STAT4, son expression n’était pas altérée par le SNP associé à la maladie. Toutefois, l’ARNm de STAT4 était corrélé à l’expression des gènes IFN de type I. Les dérégulations épigénétique pourraient jouer un rôle important dans la pathogénie de nombreuses MAI, en particulier la méthylation de l’ADN qui est hautement liée à l’extinction de l’expression des gènes. Nous avons étudié la méthylation du promoteur d’IRF5 et nous n’avons pas trouvé de régulation de ce promoteur par le méthylation. Une analyse de la méthylation avec une approche globale du méthylome est en cours dans notre équipe et permettra d’identifier de gènes cibles d’une dérégulation épigénétique pouvant être impliqués dans les MAI.Nous avons essayé de comprendre la relation entre STAT4 et gènes IFN de type I. Ainsi, nous rapportons que l’IL-12 induit spécifiquement l’IFN de type I par intéraction entre deux partenaires cellulaires, les lymphocytes T CD4+ et les cellules dendritiques plasmacytoïdes. Ces résultats pourraient expliquer l’implication des polymorphismes de STAT4 dans les MAI dépendantes de l’IFN de type I. Ces résultats suggèrent également que les MAI dépendantes des IFN de type I et II ne s’opposent pas. Elles seraient seulement le Yin et le Yang d’un facteur d’activation commun, STAT4, capable d’induire les IFNs de type I et II.

  • Titre traduit

    Causes and consequences of type I IFN activation in autoimmune diseases. Study in the Sjögren's syndrome model.


  • Résumé

    Primary Sjögren’s syndrome (pSS) is a systemic autoimmune disease (AID) that presents similar characteristics to systemic lupus erythematosus. These characteristics include pathophysiology and genetic factors. Our team and other groups have highlighted an interferon (IFN) signature in salivary glands and PBMCs from patients with Sjögren syndrome. This signature demonstrates new pathways in pSS and lupus, focusing research on innate immunity and in the IFN pathway.We have confirmed the implication of 2 genes in the pSS, and these genes are involved in the IFN pathway. The first gene is IRF5 which is in the type I IFN pathway and the second is STAT4 which is in the type II IFN pathway. We have shown a functional consequence of IRF5 at-risk allele. Regarding STAT4, the associated SNP did not altered STAT4 mRNA expression but was highly correlated with type I IFN genes expression.The epigenetic deregulation could play a triggering role in autoimmune diseases, particularly through DNA methylation which is highly implicated in the suppression of gene expression. We studied the methylation of IRF5 promoter and found no methylation. Our team is currently undertaking a global approach with methylome analysis. This methylome study will assess specific gene methylation patterns and will allow a better understanding of the role of these genes in autoimmune diseases.We further demonstrated that IL-12 specifically induces a type I IFN signature through a CD4+ T cells and pDCs crosstalk. These results could explain the implication of STAT4 polymorphism not only in type II IFN-dependent AIDs but also in type I IFN-dependent AIDs. Our data confirm that type I IFN- and type II IFN-mediated AIDs do not have to be opposed. They are only the yin and the yang of a common STAT4 activation which may induce secretion of both cytokines.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud 11. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.