L' écriture vive : une phénoménologie de la perception selon Virginia Woolf et Nathalie Sarraute

par Naomi Toth

Thèse de doctorat en Littérature comparée

Sous la direction de Chantal Delourme et de Jean-Marc Moura.

Soutenue en 2012

à Paris 10 , dans le cadre de Ecole doctorale Lettres, langues, spectacles (Nanterre) .


  • Résumé

    Virginia Woolf et Nathalie Sarraute définissent l’objet de la littérature comme étant la saisie de la « vie », quête qui implique un renouvellement profond des modalités de la perception solidaires de la forme littéraire. Ainsi leur écriture invite à une confrontation avec les concepts phénoménologiques de la perception, tels l’intentionnalité, la chair, et les rapports entre visible et invisible, qui conditionnent le statut du sujet et du savoir chez Husserl et dans leur réélaboration par Merleau-Ponty. Lire les représentations de la perception chez Woolf et chez Sarraute avec la phénoménologie permet d’interroger ces mêmes concepts, et éclaire la spécificité de leur pensée littéraire de la perception. Rejetant l’opposition entre le sujet et l’objet ainsi qu’un rapport positiviste au visible, leur œuvre, tant au niveau des essais que des romans, décrit plutôt le désir d’un régime perceptif caractérisé par le contact avec le monde, et représente le sujet comme seuil ou interface. Ce contact est pourtant toujours différé, dépassé d’un côté par la représentation de la « vie » comme élément immanent en excès, et travaillé par les puissances du négatif inhérentes au pathos de la perception que les deux auteurs explorent de l’autre. Ainsi toute unité du corps et du moment présent sont chez elles fragmentées. La « vie » qu’elles recherchent s’avère dès lors l’effet aussi bien que l’objet de l’écriture. L’écriture vive, dans leur pensée littéraire de la perception, aboutit de façon singulière pour chacune, à ce que l'on peut nommer une phénoménologie de l'invisible.

  • Titre traduit

    Writing life : Virginia Woolf and Nathalie Sarraute’s phenomenologies of perception


  • Résumé

    Virginia Woolf and Nathalie Sarraute define the task of literature as the capture of ‘life’, a quest which involves a profound renewal of the modes of perception indissociable from literary form. This calls for a reading of their work with phenomenological conceptions of perception as developed by Edmund Husserl and Maurice Merleau-Ponty, and in particular, intentionality, the ‘flesh’, and the relationship between the visible and the invisible, all of which are linked to the foundation of knowledge and the status of the subject in this philosophical tradition. Reading Woolf and Sarraute’s representation of perception alongside phenomenology allows for its interrogation, and throws into relief the specificity of their literary conceptions of perception. Eschewing subject-object dichotomies and the totalisation of the visible, their fiction manifests the desire for a perceptive regime characterised by contact with the world, in which the subject is represented as a threshold. However, the moment of contact is forever differed in their work, as it is surpassed on the one hand by the representation of ‘life’ as an immanent element in excess of such contact, and affected by the negativity inherent in the pathos of perception on the other. The unity of the body and the present moment is thereby fragmented, and their texts attribute to writing itself the task of creating the ‘life’ literature seeks. Virginia Woolf and Nathalie Sarraute’s work can therefore be read as two different, highly original, literary explorations of a phenomenology of the invisible.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2016 par Classiques Garnier à Paris

L'écriture vive : Woolf, Sarraute, une autre phénoménologie de la perception


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (568 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p.540-565. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T12 PA10-131
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2016 par Classiques Garnier à Paris

Informations

  • Sous le titre : L'écriture vive : Woolf, Sarraute, une autre phénoménologie de la perception
  • Dans la collection : Perspectives comparatistes , 5
  • Détails : 1 vol. (355 p.)
  • ISBN : 978-2-406-06023-9
  • Annexes : Bibliogr. p. [325]-345. Notes bibliogr. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.