La statuaire publique en France pendant l’entre-deux-guerres : réalités et enjeux

par Claire Garcia

Thèse de doctorat en Histoire de l’art

Sous la direction de Thierry Dufrêne.

Soutenue en 2012

à Paris 10 .


  • Résumé

    Notre travail, qui s’inscrit dans une large perspective concernant la sculpture monumentale, s’interroge sur la façon dont la statuaire publique de l’entre-deux-guerres répond aux questionnements posés par la modernité. Ces questions relèvent à la fois de l’évolution des conceptions esthétiques que de la manière d’insérer la statutaire publique dans l’espace urbain. L’apparition au début du XXe siècle, de nouveaux langages plastiques et la remise en cause du rôle traditionnel de la statuaire publique et de son esthétique spécifique nous incitent à analyser la manière dont cette dernière assimile les évolutions de son temps. Si la statuaire publique semble incompatible avec les ruptures prônées par l’avant-garde, elle n’en est pas moins marquée par des changements qui correspondent aux évolutions de l’époque. Ainsi la simplification, vers laquelle se dirige une majorité d’artistes de l’époque et ce quelles que soient les réponses qu’ils proposent, constitue la marque de l’acceptation d’une certaine forme de la modernité. Le développement des villes ainsi que le changement des mentalités ont justifié un triple questionnement. D’abord, l’un d’eux porte sur l’essence même du monument qui peut être conçu comme une œuvre d’architecture ou comme une œuvre de sculpture. Un autre aborde la fonction commémorative et sur l’éventuel lien qui existe entre la taille du monument, parfois colossal, et l’importance de l’événement à célébrer. Une dernière question, enfin, touche à l’insertion de la statuaire au sein du contexte urbain ou paysager qui l’entoure.

  • Titre traduit

    Public statuary in France in the period between the two wars : realities and stakes


  • Résumé

    This work, carried out within the broader framework of monumental sculpture, studies the way interwar public statuary responded to questions arising from modernity. These span aesthetic concepts as well as the way public statuary was set into urban space. The early twentieth century saw the appearance of new plastic means of expression and renewed questioning of the traditional role of public statuary. This study analyses its response to contemporary changes. Though public statuary may seem incompatible with the breaks advocated by the avant-garde, it nonetheless underwent changes in tune with those of that period. This is true of simplification, seen in the work of most artists, and showing an acceptance of a certain kind of modernity, albeit through many individual responses. Urban development, along with changes in mentalities at that time, led to three lines of enquiry, the first one being on the very essence of a monument, conceived as an architectural or a sculptural piece; the second on the commemorative function, as well as on the possible link between size – sometimes reaching colossal dimensions – and the significance of the event celebrated; and the third on the insertion of works into urban or country settings.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (410, 225, 206 p.)
  • Annexes : Bibliogr. dans vol. 1 p. 367-396. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T12 PA10-109
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.