Masques en parade : étude d’une identité Han à la jonction du politique et du rituel : l’exemple du théâtre de Guan Suo (Yunnan, Chine)

par Sylvie Beaud

Thèse de doctorat en Ethnologie

Sous la direction de Brigitte Baptandier Berthier.

Soutenue en 2012

à Paris 10 .


  • Résumé

    Les habitants de Yangzong dans la province du Yunnan sont membres de majorité han tout en étant régulièrement assimilés à une minorité ethnique par les personnes extérieures à la vallée. En effet, leurs tenues féminines s’apparentent aux costumes colorés qui font la notoriété des diverses minorités ethniques de la province. Pourtant, les habitants de Yangzong rappellent régulièrement leur identité han à travers un théâtre de masques joué lors du nouvel an chinois. Cette pratique, nommée d’après le personnage divinisé de Guan Suo, constitue l’un des emblèmes culturels locaux brandi à la fois par les villageois, les médias et les autorités qui l’ont promulgué patrimoine culturel immatériel national en 2010. Si les parties en présence se rejoignent sur la désignation de cet emblème, la façon dont chacun l’interprète diffère. Tandis que la promotion du Théâtre de Guan Suo comme « fossile vivant » de la culture chinoise par les instances officielles participe de l’élaboration d’un discours nationaliste, pour les habitants de Yangzong, la pratique renvoie à d’autres notions telles que le statut militaire, la mémoire et le terroir sur lesquelles repose leur identité han. Guan Suo permet ainsi aux villageois d’origines diverses de se réunir sous une même bannière et de s’établir en une communauté de culte rituellement inscrite dans le territoire. La manière dont ces représentations sont élaborées et s’articulent entre elles est examinée à l’aune des discours des différents protagonistes. Cette approche privilégie donc l’étude des différents modes de perception du passé, d’action au présent et de construction de l’avenir.

  • Titre traduit

    Masks on parade : Han identity in the interplay of politics and ritual : the case of the Guan Suo Opera (Yunnan, China)


  • Résumé

    The inhabitants of Yangzong, in Yunnan province, officially belong to the Han ethnic majority, and yet their ethnicity is often questioned by outsiders. The local women’s clothes, for example, tend to make them look very much like one of the numerous ethnic minorities. However, the villagers regularly reiterate their claim to Han identity through the performance of a masked opera at the New Year festival. This masked practice, named after the deified character of Guan Suo, became a major cultural expression of community identity recognized by the locals as well as the authorities. The practice was designed "national intangible cultural heritage" in 2010. Although there is consensus among locals and officials at different levels on the overall cultural value of the opera, the various actors differ in their interpretation of its significance: while the promotion of the Guan Suo Opera as a "living fossil" of Chinese culture is part of the official nationalist discourse, the Yangzong people consider the ritual opera a way to transmit their History and lay clam to their identity as Han. The banner of Guan Suo provides unity to villagers of various origins who can thus establish themselves as a cult community ritually anchored to a specific territory. This thesis interrogates these differing discourses to examine the way in which representations of identity are built and coexist as a means to reconstruct the past, act in the present and prepare the future.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (570 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.541-570. Glossaire

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T12 PA10-106
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.