Le sublime du comédien

par Elisabeth Ventura

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Baldine Saint Girons.


  • Résumé

    Sous la figure rhétorique du paradoxe, Diderot fut le premier philosophe à réfléchir sur l’art du comédien dans une perspective esthétique. A sa suite, nous creuserons ce qu’on pourrait appeler « la matière-comédien », en plaçant au centre de notre recherche la question de l’incarnation : le comédien, medium poétique de l’évènement théâtral, sera le sujet de notre étude. Comment façonne-t-il son corps pour le métamorphoser en réceptacle glorieux de l’incarnation du verbe ? Comment le souffle poétique se dépose en lui ? L’art du comédien ouvre immédiatement à une réflexion sur l’omniscience du sensible : à la fois maître des projections poétiques et matériau vivant de leurs réalisations, « ordonnateur lucide et sujet enivré » selon la formule de la grande comédienne Simone, le comédien est l’opérateur sensible de l’évènement théâtral. Au moment de la représentation, après des semaines de répétitions, de recherches, de mise en mots et de mise en corps, il ne doit plus « penser qu’à penser », comme le répétait Sarah Bernhardt à ses jeunes élèves. Non seulement il a pour tâche de conjuguer l’espace de son corps à ceux de la scène et de la salle, mais il doit maintenir tendu le « fil écarlate de l’intrigue » dont parle Cocteau : le comédien démultiplié, « passeur » de sublime, édifié le pont émotionnel qui conduira le spectateur à pénétrer l’espace infini de la poésie. Ouvrier de la signifiance, le comédien travaille au sublime et le sublime le travaille.

  • Titre traduit

    The sublime of the actor


  • Résumé

    Under the rhetorical figure of paradox, Diderot was the first philosopher to reflect upon the art of the actor in an aesthetic perspective. To the continuation of his analysis, we will further into the “actor-matter”, focusing our research on the question of embodiment: the actor, poetic medium of the theatrical event, will be the topic of our study. How does the actor model his body to change it into the glorious receptacle of the incarnation of words ? How does the breath of poetry settle into him? The art of the actor immediately invites one to reflect upon the omniscience of sensitivity. Master of poetic projections as well as living matter of their fulfillment, “lucid regulator and intoxicated subjet” to quote the great actress Simone, the actor is the sensitive operator of the theatrical event. When “show-time” comes, after weeks of rehearsal, of research, of shaping words and shaping bodies, the actor must only “think to think”, as Sarah Bernhardt would repeat to her young students. The actor must link his body space to that of the stage and of the entire theatre. But his task is also to keep tight the “scarlet string of the plot”, mentioned by Cocteau. The pluralized actor, “mediator” of the sublime, builds the emotional bridge, which will ead the audience into the infinite space of poetry. Worker of significance, the actor works on the sublime and the sublime works on him.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (385 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p.347-378

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T12 PA10-103
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.