Les traditions occidentales et orientales du Moyen Âge dans l’art contemporain

par Olessia Koudriavtseva-Velmans

Thèse de doctorat en Esthétique

Sous la direction de Alain Milon.

Soutenue en 2012

à Paris 10 .


  • Résumé

    Le langage commun et l’image forment l’identité de l’individu. En prenant cela comme une possibilité pour l’art plutôt qu’une donnée, nous allons vérifier si l’art plastique médiéval et si celui du contemporain visent les mêmes buts et fonctionnent de la même façon, quand ils utilisent au sein de la même œuvre le texte et l’image considérés comme les moyens majeurs d’expression. L’idée d’étudier « la rigidité des traditions indiscutables » dans l’art visuel de l’Orient à l’Occident ne se voit pas dans un contexte de limites géographiques, l’Orient et l’Occident sont vus plutôt comme un concept symbolique élargi jusqu’au contexte universel. L’art contemporain aperçu en tant qu’institution du pouvoir élabore ses propres doctrines nouvelles ou bien des doctrines recyclées, avec l’ambition de construire à l’échelle mondiale un New Age de l’expression artistique exclusivement actuelle. Mais ne risque-t-il pas à rentrer plutôt dans une sorte de Dark Age sombre et morbide? L’Est et l’Ouest, le médiéval et le contemporain sont vus comme des pôles esthétiques, comme des extrémités de l’Univers et la question se pose : sont-ils analogiques ou antinomiques ? L’Iconostase en Orient et le retable en Occident apparus au Moyen Age sont des créations plastiques d’une importance suprême par leur haute concentration en énergie spirituelle et surtout par leur concentration informative très forte, probablement équivalente à celle des multimédias contemporains. Cette polyfocalité des œuvres médiévales attire des artistes actuels qui cherchent leurs racines dans l’art de l’icône, ceux qui se laissent porter par les icônes médiatiques contemporaines et ceux qui créent des œuvres concentrant des énergies spirituelles dans le but de réunir l’Est et l’Ouest.

  • Titre traduit

    Western and Eastern traditions from the Middle Ages in contemporary art


  • Résumé

    Common language and image form the identity of the individual. Considering this as a possibility for art rather than data, we shall verify if medieval and contemporary art aim for the same goals and, function the same way when they use within the same works text and image considered as the major means of expression. The idea of studying rigidity of unquestionable traditions from East to West is not seen in a context of geographic limits, instead East and West are seen as a symbolic concept extended to a universal context. Contemporary art perceived as an institution of power elaborates its own new doctrines or recycled doctrines with the ambition to build at a world scale a New Age of artistic expression exclusively current. But won’t they rather risk entering a sort of morbid Dark Age? East and West, medieval and contemporary, are seen as aesthetic poles, like extremes of the Universe and raise the question: are they analogue or contradictory? The iconostasis in the East and the alterpiece in the West that appeared in the Middle Ages are paramount art creations for their high spiritual energy concentration and above all for their very strong informative concentration, probably equivalent to that of modern day multimedia. This polyfocality of medieval works attracts today’s artists that search for their aesthetic roots in the art of icon, that are driven by modern day media icon and that create works concentrating spiritual energies so as to reunite East and West.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (333 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.310-323

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T12 PA10-078
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.