Témoignages oraux et transmissions des mémoires : la guérilla antifranquiste de León-Galice (1936-1951)

par Odette Martinez-Maler

Thèse de doctorat en Etudes hispaniques et hispano-américaines

Sous la direction de Marie-Claude Chaput.

Soutenue en 2012

à Paris 10 .


  • Résumé

    La thèse montre, dans une première partie intitulée « Archives de la mémoire », que les témoignages oraux des résistants de la guérilla de León - Galice (1936-1951) ne sont pas seulement des sources d’information sur un passé révolu mais des traces fragiles d’un passé activement refoulé. Elle analyse la façon dont les paroles des acteurs, qui attestent de leur expérience subjective de cette résistance armée, ont traversé les silences de 1936 à 2011 et affrontent, de façon différenciée, un ordre du discours lié d’une part à la dictature, d’autre part à l’écriture officielle de cette histoire - y compris par les partis politiques qui furent jadis impliqués dans cette lutte armée - enfin à des rapports de domination de genre qui construisent l’invisibilité des femmes résistantes. Ainsi, sont étudiées les paroles à peine audibles des femmes et des enfants de la guérilla. La thèse envisage la polyphonie des mémoires en la reliant d’une part à la diversité des positions et des trajets des témoins, d’autre part à la diversité des registres et des énonciations des témoignages. Cette démarche pose alors la question de la construction d’une mémoire commune et de sa transmission. Elle conduit à étudier, dans une seconde partie, le rôle des passeurs de mémoire que sont les résistants eux-mêmes et leurs descendants ; à analyser les mises en scène de leurs témoignages dans l’espace public, principalement à travers les discours des associations.

  • Titre traduit

    Oral testimonies and transmission of memories : the anti-Francoist guerilla of Leon-Galicia (1936-1951)


  • Résumé

    The present dissertation proofs, in the first section entitled "Archives of Memory", that the oral testimonies of the guerrilla resistance of Leon - Galicia (1936-1951) are not only sources of information on a finished past but fragile traces of past that has been actively repressed. The dissertation analyzes they way by which the words of the actors, who attest to their subjective experience of the armed resistance, crossed the silences from 1936 to 2011 and they way by which these testimonies face, each in a differentiated manner, an order of discourse on the one hand linked to the dictatorship and on the other to the official writing of this history - including the political parties that were once involved in this armed fight. It discusses too the gender relations of domination that have contributed to the invisibility of the history of resistant women. Hence, the dissertation analyses as well the barely audible words of women and children of the guerrilla. The dissertation considers the polyphony of memories by connecting on one hand the diversity of positions and of journeys taken by the testimonies, and on the other hand the diversity of registers as well of the of the enunciations that one finds in testimonies. This perspective allows for the questioning of a construction of a common memory and of its transmission. The second part of the dissertation deals with the role of the transmitters of memory, who in fact, are the guerrilla fighters themselves and their descendants and analyzes the staging of their testimonies in the public arena, mainly through the discourses of the associations.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (201, 209, 264 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p.234-263 (vol. 3)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : T12 PA10-024
  • Bibliothèque : Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (Nanterre).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : F
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.