La subjectivité de la « femme auteur » sur l’exemple de Aniela Gruszecka, Irena Krzywicka, Wanda Melcer et Pola Gojawiczyńska : l'émergence d'une « écriture féminine » polonaise dans l'entre-deux guerre

par Agata Araszkiewicz

Thèse de doctorat en Etudes féminines et de genre

Sous la direction de Anne-Emmanuelle Berger.


  • Résumé

    L'entre-deux-guerres en Pologne est une période particulièrement importante pour la formation et le développement des discours littéraires et des idées modernes. Les notions relatives à l'émancipation des femmes y occupent une place spécifique dans la mesure où les transformations sociales rejoignent les transformations politiques, le pays ayant regagné son indépendance en 1918. Cependant, l'histoire de l'esthétique féministe polonaise est quasi inexistante et l’opinion courante veut que le féminisme polonais soit une importation occidentale des années 1990. La valeur de l’apport de la contribution littéraire de femmes écrivains souvent ignorées ou mal comprises aujourd'hui, telles que Maria Kuncewiczowa, Aniela Gruszecka, Irena Krzywicka, Wanda Melcer et Pola Gojawiczyńska, justifie leur relecture et leur réintegration dans le canon littéraire. L'écriture des femmes vue par le prisme de la philosophie de la différence (H. Cixous, J. Derrida, L. Irigaray) permet reconstruire les traces de la « subjectivité féminine » textuelle dont les bases théoriques ont été formulées précisément dans les années 20 et 30 (V. Woolf). La figure de la femme-auteur (terme de Christine Planté) véhiculée par la tradition française est comprise ici en tant qu'incarnation des contradictions liées à la question de la relation entre « femme » et la représentation. Les recherches individuelles de style menées par les femmes écrivains dont nous parlons constituent un témoignage des luttes pour une identité artistique qui nous semble être liée aux idées philosophiques et politiques. Après 1918, la jeune littérature polonaise se place sous le signe de l'innovation. Cependant le rôle des femmes dans le mouvement de l'avant-garde littéraire polonaise reste à étudier. Apprécier à sa juste valeur la hardiesse des solutions formelles de ces femmes écrivains et leur apport à la tradition littéraire polonaise constitue également une contribution à l’insertion de cette tradition dans le contexte de la littérature mondiale.

  • Titre traduit

    Subjectivity of the "woman author", based on the examples of Aniela Gruszecka, Irena Krzywicka, Wanda Melcer and Pola Gojawiczyńska : the emergence of the"écriture féminine " in Poland in the interwar period (1918-1939)


  • Résumé

    The interwar period (1918-1939) in Poland is of particular importance for the creation and development of the modern literary discourses and ideas. Notions of the women`s emancipation have their own specific place as the social transformation accompanied the political one after the country regained its independence in 1918. However, the history of Polish feminist aesthetics is almost missing and, according to prevailing knowledg, the Polish feminism was imported from the West only in the 1990s. In this context, the importance of the literary contribution of women-writers who are nowadays ignored or misunderstood, such as Maria Kuncewiczowa, Aniela Gruszecka, Irena Krzywicka, Wanda Melcer and Pola Gojawiczyńska, justifies their re-reading and reintegration into a literary canon. The women's writing examined through the prism of the philosophy of sexual difference (H. Cixous, J. Derrida, L. Irigaray) helps to reconstruct the traces of the “feminine textual subjectivity”. Their theoretical foundations were formulated exactly in the 1920s and 1930s (V. Woolf). The figure of a “woman–author” (the term of Ch. Planté), adopted from the French intellectual tradition, is implied here as an incarnation of contradictions linked to the question of relation between “woman” and the representation. The individual quests for style by women writers we are concerned with constitute the testimony of the search for artistic identity linked to philosophical and political ideas. After 1918, the young Polish literature adhered to experiment and innovation. However, the role of women in the movement of literary avant-garde remains to be discovered. Audacity of the formal structures and the contribution of those women writers to the national literary tradition merits to be properly appreciated. This leads to the reinsertion of this Polish literary tradition into the context of a mondial literature.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. ([11]-389 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 378-389

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 3777
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.