La question de la voix dans les œuvres de Samuel Beckett, Marguerite Duras et Nathalie Sarraute

par Haruka Takeda

Thèse de doctorat en Langue et littérature françaises

Sous la direction de Bruno Clément.

Soutenue en 2012

à Paris 8 .


  • Résumé

    La littérature est l’expérience de la voix. Voilà ce qui apparaît clairement dès lors qu’on cherche à entrer dans les trois univers, certes très différents, de Samuel Beckett, de Marguerite Duras et de Nathalie Sarraute. C’est à partir de leurs trois œuvres qu’est envisagée l’hypothèse centrale de ce travail : l’aventure de la voix, poursuivie par eux dans différents genres ou domaines (roman, théâtre, cinéma, télévision, radio, etc. ), les a fait accéder à une écriture nouvelle, dans laquelle la « vocalité » s’est substituée à l’« oralité ». La question de la voix, qu’ont essayé de penser des théoriciens comme Blanchot, Derrida et Agamben, notamment depuis les années soixante, n’a cessé d’inspirer l’activité créatrice de ces trois écrivains dès leurs premières tentatives, jusqu’à leur faire aborder, dans leurs dernières années, à un rivage esthétique réellement inconnu. Nous nous sommes ainsi demandé pourquoi ces écrivains ont rencontré cette question de la voix pour ainsi dire avant la voix, c’est-à-dire avant d’y avoir expressément recours ; quels dispositifs ils ont imaginés pour que dans leurs œuvres rayonne en effet la présence de la voix ; et dans quelle mesure cette instance nouvelle, qui a bouleversé leur écriture, a aussi transfiguré notre lecture. Car la voix ne bruit ni seulement à l’intérieur du livre (elle est et elle reste l’autre de l’écriture), ni seulement dans notre interprétation (elle nous souffle nos mots). En détachant les mots de l’écrit, la voix inaugure un mouvement totalement libre, qui coïncide peut-être avec l’écriture. C’est ainsi un nouveau rapport au livre que nous donnent à penser ces trois aventures d’écriture. Notre expérience de la lecture est désormais aussi vocale, s’il est vrai que la voix va et vient constamment entre le livre et notre vie.


  • Résumé

    Literature is experience of voice. Here is what clearly appears from the moment when we try to enter the quite different worlds of Samuel Beckett, Marguerite Duras and Nathalie Sarraute. It is from these three works that the central hypothesis of this work is viewed: through the adventure of voice, pursued by them in different genres or fields (novel, theater, film, television, radio, etc…), they opted for a new kind of writing, in which the « vocality » took the place of the « orality ». The question of voice, which theorists such as Blanchot, Derrida and Agamben, have tried to think especially since the sixties, has kept inspiring the creative activity of these three writers since their early attempts, to such an extent that they have reached in their last years, a really unknown aesthetic shore. Thus, we have wondered why these writers have come across this question of voice so to speak before the voice, that is to say before expressly resorting to it, what arrangements they have imagined in order that the presence of voice actually radiates in their works, and how this new instance, which has greatly changed their writing has also transfigured our reading. Because the voice does not sound neither only within the book (it is and it remains the other of the writing), nor only in our interpretation (it whispers to us what to say). By releasing the words, the voice inaugurates a totally free movement, which — perhaps — is nothing but writing itself. Thus, it is a new relation with the book that these three adventures of writing make us think. From now on, our experience of reading is also vocal, if it is true that voice keeps going to and fro between the book and our lives.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (619 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 591-606. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 3629
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.