La coopération de sécurité de l'ASEAN contre le terrorisme après les attentats du 11 septembre 2001

par Somprin Niyomthai

Thèse de doctorat en Sciences politiques

Sous la direction de Pascal Boniface.

Soutenue en 2012

à Paris 8 .


  • Résumé

    L'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN) joue un rôle constructif en matière de promotion d'une coopération régionale en Asie du Sud-Est. Quand elle fut fondée le 8 août 1967 pendant la guerre froide, la stratégie de sécurité régionale n'a pas été n'a pas été déterminée par la volonté interne des pays membres, mais par des menaces externes perçues. La coopération régionale est dérivée d'une peur du communisme. Tandis que la situation internationale était délicate, la plupart des pays membres se sont rendu compte que la sécurité régionale dépendait de la coopération face à des défis extérieurs et des menaces ostensibles. Après la guerre froide pourtant, un nouveau concept de sécurité non traditionnel a émergé, conduisant à un débat et une discussion plus large sur la coopération de sécurité régionale. La crise financière asiatique de la seconde moitié des années 90 et l'émergence de la menace terroriste transnationale ont conduit à des efforts de coopération et d'intégration. D'une part, les pays membres ont multiplié leurs efforts pour installer une coordination financière et monétaire régionale et pour formaliser de nouveaux cadres coopératifs avec l'ASEAN + 3. De plus, les pays de l'ASEAN visent à établir une communauté politique, économique et sécuritaire, basée sur ce qu'ils considèrent être une identité commune. D'autre part, les pays de l'ASEAN ont poursuivi l'idée de la communauté de sécurité de l'ASEAN afin d'intensifier une coopération de sécurité et de promouvoir une solidarité régionale. La lutte contre l'extrémisme est cependant très restreinte au niveau de la coopération bilatérale entre les pays membres et les puissances majeures extérieures, puisque l'ASEAN vise à mettre au premier rang des dimensions non-militaires pacifiques de la coopération de sécurité. On espère qu'une intégration plus large à côté des acteurs régionaux principaux comme la Chine et le Japon permettrait une gestion des conflits au niveau sécuritaire, et une capacité accrue au niveau économique d'entrer en compétition sur la scène mondiale. Lorsque la procédure de l'intégration est progressive et pas encore institutionnalisée, les pays membres de l'ASEAN insistent sur un ordre du jour commun basé sur une supposition qu'ils ont des outils culturels et politiques pour établir des moyens non traditionnels de traiter les problèmes régionaux.

  • Titre traduit

    The ASEAN security cooperation against terrorism after the September 11 attacks


  • Résumé

    The Association of Southeast Asian Nations (ASEAN) plays a constructive role in promoting regional cooperation in Southeast Asia. When it was founded on August 8th 1967 during the Cold War, regional security was not determined by the internal will of member states but by perceived external threats. Regional cooperation derived from a fear of communism. In a sensitive international situation, most ASEAN member states were aware that regional security depended on cooperation in the face of external challenges and ostensible threats. After the Cold War however, a new non-traditional concept of security emerged, leading to a broad debate and discussion over regional security cooperation. The Asian financial crisis of the late 1990's and the subsequent emergence of a transnational terrorist threat led to new efforts at regional cooperation and integration. On the one hand, member states have multiplied their efforts to set up regional regional financial and monetary coordination, and to formalise new cooperative frameworks with ASEAN+3. Further, ASEAN countries are aiming to establish a common political, economic security community, based on what they consider to be a common regional identity. On the other hand, ASEAN countries have pursued the idea of the ASEAN Security Community to intensify security cooperation and to promote regional solidarity. The struggle against extremism is limited however to bilateral cooperation between member states and the major external powers, since ASEAN aims to put the peaceful non-military dimensions of security cooperation in the forefront. It is hoped that greater integration, alongside major regional actors as China and Japan, will allow both for conflict management on the security level, and greater ability at the economic level to compete on the global stage. While the process of integration is gradual and not as yet much institutionalized, the ASEAN member countries are pushing for a common agenda based on the assumption that they have the cultural and political tools to establish non-traditional means to deal with regional problems.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (XV-336 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 216-236. Liste de sites internet f. 236-238

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 3602
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.