Garde d'enfants au domicile des parents

par Ferroudja Adjaoud-Lankri

Thèse de doctorat en Anthropologie

Sous la direction de Pierre-Philippe Rey et de Mireille Corbier.

Soutenue en 2012

à Paris 8 .


  • Résumé

    Aujourd'hui, en France, il n'est pas facile pour les parents (surtout les mères) exerçant une activité professionnelle avec de lourdes responsabilité et des horaires atypiques, de dénicher la perle rare à qui confier leurs enfants. La solution est d'embaucher une employée à leur domicile. Cette étude traite, d'un point de vue anthropologique, de femmes étrangères de cultures et d'origines différentes, fuyant la misère de leur pays d'origine. Certaines ne maîtrisent pas le français, sont en situation irrégulière, travaillent au noir en ignorant leurs droits. Quelles relations entretiennent-elles dans la sphère privée avec leur employeur et comment se comportent-elles avec les enfants qu'elles gardent ? Quel regard portent-elles sur ce métier ? Le manque d'encadrement de ce secteur d'activité amène au constat que "la raison du plus fort est toujours la meilleure" : atteintes aux enfants, soumission des employées et dévalorisation de ce métier. Pourquoi la société française considère-t-elle cette profession comme indispensable, tout en la minimisant ? J'ai souhaité aborder l'univers et l'intimité de ce métier, dénoncer l'attitude négative de certains parents et mettre l'accent sur la souffrance de ces employées. Certains parents ne respectent pas les employées ni les lois qui régissent la garde d'enfants. Cela engendre des graves conséquences : punition des enfants et vengeance sur leurs parents. Les femmes françaises travaillent dur, subissent des pressions, la surcharge du travail professionnel les angoisse et les stresse, ce qui affecte leur santé. Que leur reste-t-il alors pour les enfants ? Aujourd'hui, le mépris du métier perdure : langage dévalorisant des parents et des professionnels envers les employées, statut mal défini de la profession, enseignements en contradiction avec l'expérience réelle des employées ; la société ne reconnaît pas non plus les compétences acquises par les employées dans leur culture d'origine.

  • Titre traduit

    Child care at parents' home


  • Résumé

    Nowadays in France, finding the right childcarer is not easy for parents (especially mothers) having heavy responsabilities in their jobs. The most practical solution is to find a person working at home. This work anthropologically deals about female foreigners pertaining to various cultures and origins, often fleeing the poverty of their home countries. Some don't know enough French, are irregular residents and work illegally without knowing their rights. What are their relationships with their employers and their behavior with the children they keep? How does they consider their own job? The lack of monitoring in this kind of job makes true the aphorism that "might makes right". Why does French society consider this job necessary while despising it? I wanted to explore the intimate universe of those women, to blame the attitude of some parents toward them and the non-respect of law, and to focus on their suffering and their consequences on children. French woman work hard and under pressure, with anxiety and stress, which seriously affects their health. What remains for their children? The contempt keeps on existing nowadays but in a different manner: contemptuous language used by parents and professionals, the poorly defined status of this sector of activity, a teaching having nothing to do with reality. Society does not recognize the skills employees may have gotten in their home countries.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (357 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 353-357

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 3540
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.