Les revendications médiatisées kanak

par Léonie Marin

Thèse de doctorat en Sciences de l'information et de la communication

Sous la direction de Jacques Guyot.

Soutenue en 2012

à Paris 8 .


  • Résumé

    Cette recherche a pour objet d’étude les revendications médiatisées kanak de Nouvelle-Calédonie, une collectivité d’outre-mer française en processus d’autodétermination. Dans son contexte contemporain, nous définissons la notion de revendication en analysant ses processus, qui permettent notamment l’autodéfinition et l’autoreprésentation. Ces nouvelles perspectives ont engendré une dynamique de confrontations idéologiques politiques, sociales, économiques et culturelles qui contribuent au changement social. Depuis la fin des années 1960, avec l’apparition des médias des partis politiques, la médiatisation des formes de communication des Kanak s’est transformée, en raison d’une démultiplication des revendications et des processus d’identification. Dans cette perspective, une enquête de terrain, en France et en Océanie, nous a permis de croiser une approche ethnographique in situ avec une analyse discursive des interactions médiatisées sur Internet relevant des SIC. La complémentarité de ces approches entend contribuer à l’approfondissement d’une anthropologique du numérique. À l’intérieur de la sphère d’Internet, l’appropriation des dispositifs médiatiques numériques ainsi que l’autopublication des interactions médiatisées renouvellent les pratiques communicationnelles individuelles, et engendrent des débats. Certes, ces débats peuvent donner lieu à des conflits, mais aussi devenir une modalité propice à l’échange interculturel. De plus, les tactiques de communication contemporaines permettent un renouvellement des manières de participer individuelles et collectives, en créant de nouvelles formes d’engagement politique et social.


  • Résumé

    This research aims to study the mediated claims of Kanak people from New Caledonia, an overseas collectivity of French in a process of self-determination. In its contemporary context, we define the notion of claim by analyzing its processes, which enable self-definition and self-representation. These new perspectives have created a dynamic of ideological political, social, economic and cultural confrontations, which contribute to social change. Since the late 1960s, with the advent of political parties' media, the mediatization of the forms of communication of Kanak people has evolved, due to a proliferation of claims and identification processes. In this perspective, a field survey in France and Oceania has allowed us to intersect an in situ ethnographic approach with a discursive analysis of mediated interactions on the Internet, covered by Communication Science. The complementarity of these approaches intends to contribute to the deepening of a digital anthropology. Within the Internet sphere, the appropriation of digital media devices, as well as the self-publishing of mediated interactions renew the individual communicational practices and generate debates. While these debates may give rise to conflicts, they may also become a favorable modality for intercultural exchange. In addition, contemporary communication tactics allow a renewal of the ways to participate individually and collectively, by creating new forms of social and political engagement.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (XX-392 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 324-348

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 3158
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.