Le théâtre mirlitonesque d’Alfred Jarry

par Armelle Hérisson

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Gérard Dessons.


  • Résumé

    En 1906, Jarry projette avec l’éditeur Sansot la publication en collection de six ouvrages. Seuls deux voient le jour ; l’entreprise éditoriale est inaboutie. Mais ce qui nous est livré, alors, c’est un corpus disparate, constitué de trois opérettes bouffes, de deux pièces de la geste ubique et d’un recueil de « Spéculations » ; et c’est un titre, Théâtre mirlitonesque, qui consacre un genre inconnu aux qualités polémiques. Le Théâtre mirlitonesque est la réunion de textes de Jarry que lui-même tend à décrire comme mineurs. Les pièces empruntent aux modèles de petites formes théâtrales, opérette, théâtre de marionnettes ; les chroniques sont aux limites du littéraire ; l’écriture se nourrit des manières de la chanson populaire. Mais, à l’heure où l’idée du vers, de la poésie et du théâtre sont en travail, le dispositif Sansot n’est pas seulement la mise au jour de la petite littérature de Jarry. Le « mirliton » est un indice polysémique, flûte assimilée à la pratique de Polichinelle, refrain populaire, mauvais petit vers, qui parle de la manière dont on représente au théâtre, dont on dit en poésie. En le plaçant au fronton du théâtre Sansot, c’est à un renversement des échelles de valeurs et des fondements du poétique et du théâtral que Jarry invite. Cette thèse tend à montrer comment, constituant les figures du « mauvais » et du « petit » en outils critiques du poétique, affirmant les qualités poétiques et dramatiques de l’indétermination, de l’approximation, de la discordance et de l’arbitraire, qui règnent en maîtres dans le système de représentation mirlitonesque, Jarry pose la question du poème et ouvre la voie à une approche nouvelle du vers et du langage.

  • Titre traduit

    The théâtre mirlitonesque by Alfred Jarry


  • Résumé

    In 1906, Jarry collaborated with Sansot in publishing a collection of six books of his works. Only two of the volumes came out and the project was abandoned. But what we now have is one, a medley of three operettas, two plays from the Ubu Roi saga and a collection of « Spéculations »; and the other, a title, Théâtre mirlitonesque, which introduced an unknown genre with polemic intentions. The Théâtre mirlitonesque (“Kazoo Plays”) is a collection of Jarry’s texts that he himself tended to describe as minor. The plays borrow from minor theatrical forms such as operetta and puppetry; the newspaper articles are on the fringe of literature; the writing owes a lot to popular songs. But at a time when ideas of verse, poetry and the theatre were being reworked, the Sansot edition was not merely a publication of Jarry’s minor works. The mirliton is a polysemy index, a kazoo that sounds like a performance by Punch, a popular chorus, doggerel, which talks about the way plays are performed, or about poetry. By putting it at the forefront of Sansot’s theatrical publications, Jarry suggests that the values and basic principles of poetry and theatre should be overturned. This thesis shows how, by converting the concepts of « bad » and « minor » into tools of poetry criticism and by declaring the poetic and dramatic qualities of uncertainty, approximation, conflict and the arbitrary, which reign supreme in Jarry’s « mirlitonesque » system of representation, he raises questions about poetry and opens up a new approach to verse and language.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. ( 985 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 959-977. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 3123
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.