Elaboration de systèmes électrocomutables à propriétés magnétiques : de la synthèse vers la fabrication de jonctions métal/molécule/métal

par Laure Fillaud

Thèse de doctorat en Surfaces, interfaces, matériaux fonctionnels

Sous la direction de Jean-Christophe Lacroix.

Soutenue en 2012

à Paris 7 .


  • Résumé

    Depuis la découverte de la conductivité pour le polyacétylène dopé, par Shirakawa, Mac Diarmid et Heeger dans les années 70, dont les travaux ont été couronnés du prix Nobel en 2000, les scientifiques ne cessent de développer de nouveaux polymères et oligomères conducteurs pour un large domaine d'applications, notamment pour l'électronique organique et moléculaire. Parallèlement, le magnétisme moléculaire a, depuis 25 ans, permis le développement de nouveaux systèmes à base d'aimants moléculaires, de chaînes aimants ou de complexes à transition de spin. Dans la même période, la découverte en 1988, par A. Fert et P. Grünberg (Prix Nobel 2007), de l'effet de magnétorésistance géante (GMR), a initié un développement rapide de la spintronique ou électronique de spin, basée sur des matériaux inorganiques L'évolution en parallèle de ces différents domaines de recherche a permis, comme le prédisait la loi de Moore, de réduire les systèmes de stockage de l'information de façon drastique. Cependant les découvertes faites dans ces deux domaines ne permettent pas à elles seules de contourner d'une part, la limite superparamagnétique et, d'autre part, de remplacer le silicium dans les dispositifs actuels. De manière étonnante peu d'exemples de justaposition de la spintronique et de l'électronique moléculaire ont été étudiés. Pourtant, l'alliance des propriétés des polymères conducteurs et des dispositifs magnétiques et/ou à transition de spin pourrait être une voie envisageable pour réduire encore la taille des dispositifs de stockage de l'information. C'est dans ce contexte que notre étude s'inscrit. Notre objectif a donc été de développer de nouveaux ligands -conjugués pour la synthèse de nouveaux composés organométalliques commutables, et aux propriétés magnétiques intéressantes. A plus long terme, l'objectif est d'être capable de commuter via le bras organique, les propriétés magnétiques de ces systèmes pour mimer un codage binaire "1/0".

  • Titre traduit

    Electroswitchable devices with magnetic properties : synthesis and development of metal/molecule/metal junctions


  • Résumé

    Since the discovery in the 70s, of conductivity in doped polyacetylene, by Shirakawa, Heeger and Mac Diarmid, whose work was crowned with the Nobel Prize in 2000, scientists continue to develop new polymers and oligomers for a wide range of applications, including molecular and organic electronics; In parallel, molecular magnetism has, for 25 years, allowed the development of new-systems-based molecular magnets, or magnets spin-crossover complex. In the same period, the discovery in 1988 by A. Fert and P. Grünberg (Nobel 2007), the giant magnetoresistance effect (GMR), initiated a rapid development of spintronics or spin electronics, based on inorganic materials. The parallel development of these three areas of research has, a predicted by Moore's law, reduce the storage systems of information drastically. But the discoveries made to not allow to circumvent, the superparamagnetic limit and, to replace silicon in current devices. Remarkably few examples of synergy between molecules and magnetics system have been studied. However, the alliance of conducting polumers properties and magnetic devices could be a feasible way to further reduce the size of storage devices information. This work has in the scientific context. Our aim was therefore to develop new -conjugated ligands for the synthesis of new organometallic switchables compounds, and developped interesting new magnetic devices. The purpose is to be able to switch via the organic moities, the magnetic properties of these systems to mimic a binary code "1/0".

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (257 p.)
  • Annexes : 165 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TS (2012) 152
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.