Les revues surréalistes entre Littérature et Minotaure : espaces d'échos

par Maria Thermou

Thèse de doctorat en Histoire et sémiologie du texte et de l'image

Sous la direction de Francis Marmande.

Soutenue en 2012

à Paris 7 .


  • Résumé

    A contre-courant des anthologies, compilations a posteriori de morceaux choisis, partageant des caractéristiques comparables et organisées de manière à créer l'impression d'un choeur à l'unisson, les revues surréalistes sont des objets hétérogènes qui, tels des collages, permettent au lecteur de jouer à la fois sur leurs contrastes et leurs harmonies. Cette étude tente d'analyser de façon serrée et d'un point de vue moins sociologique au sens de travaux de Pierre Bourdieu que sociocritique, esthétique, historique et poétique - au sens étymologique -, ce qui jusqu'ici a fait l'objet de travaux, certes, mais souvent allusifs ou parcellaires. Espaces physiques, sur le papier, et par là espaces d'échos et de résonance plastique et textuelle, espaces de polémique et de débats inscrits dans l'histoire et, enfin, lieux d'où émerge une nouvelle sensibilité collective, les revues du mouvement surréaliste mettent en scène une topologie dynamique de l'être-en-commun. L'"écho", dans cette étude, est ainsi saisi tant dans un sens médiatique que comme figure, à savoir comme le produit du tissage textuel que nous invitent à effectuer les revues de ce mouvement qui a érigé la rencontre en principe esthético-éthique. Quatre de ses revues sont principalement analysées, celles qui couvrent la période de l'entre-deux-guerres : Littérature, La Révolution surréaliste, Le Surréalisme au service de La Révolution et Minotaure.

  • Titre traduit

    ˜The œsurrealist journals between litterature and minotaure : spaces of echos


  • Résumé

    Unlike anhologies, a posteriori compilations of selected fragments, which are sharing similar characteristics and are organized in a way to create the impression of a chorus in unison, the surrealist journals, just like collages, are types of heterogeneous objects allowing the reader to play both on their harmonies and their contrasts. This study attempts to firmly analyze, in an aesthetic, historical as well as poetical - in the etymological sense - way, and in a sociological perspective closer to socio-criticism than to Pierre Bourdieu's approach, a subject that has already been studied through several, though allusive or fragmentary, works. Physical items, on paper, therefore spaces of echoes and plastic and textual resonance, areas reflecting controversies rooted in history, as well as, finally, places from where emerges a new collective sensibility, the journals of the surrealist movement depict a dynamic topology of being-in common. Within this study, the "echo" is thus apprehended both as a media term and as a figure, that is to say, as the result of the textual "weaving" that invite us to perform the journals of this movement which rose the encounter up to an aesthetico-ethical principle. Among these journals, four are mainly analyzed, those who cover the interwar period : Litterature, La Révolution surréaliste, Le Surréalisme au service de La Révolution and Minotaure.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (328 p.)
  • Annexes : 730 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2012) 093

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.