Ecriture corporelle : Théorie des événements littéraires

par Ilai Rowner

Thèse de doctorat en Histoire et sémiologie du texte et de l'image

Sous la direction de Julia Kristeva et de Rachel Albeck-Gidron.

Soutenue en 2012

à Paris 7 .


  • Résumé

    L'objectif principal de cette étude consiste à examiner le concept d'événement, en tant qu'objet privilégié de la pensée philosophique et en particulier à l'égard du texte littéraire. A travers le travail de Heidegger, Blanchot, Derrida et Deleuze, cette recherche présente une nouvelle méthode de penser l'événement du texte littéraire, à la fois en mettant en question l'essence de la création littéraire et en élaborant les fondements d'une nouvelle approche critique de l'œuvre littéraire. La première partie est consacrée à étudier l'événement comme un tiers ontologique qui pourrait clarifier ce qui génère et relie le cours même de ce qui se produit et le fait même de la production du langage. Dans la seconde partie, nous examinerons d'abord la façon dont l'écriture littéraire considère le statut de l'événement à la différence de l'historiographie ou de la narratologie. Dans les derniers chapitres de cette étude, nous appliquerons ces développements théoriques à l'analyse de deux passages littéraires portant sur le bombardement de Paris : le premier tiré du Temps Retrouvé de Marcel Proust, le deuxième de Féerie Pour Une Autre Fois de Louis Ferdinand Céline. Nous verrons que ces situations historiques et thématico-narratives sont en fait travaillées par ce que nous appelons une écriture corporelle : une écriture où le virtuel défait sans cesse l'actuel, où il se produit une dissimilitude immanente entre corps et image. Ce n'est qu'à cet instant que la déformation créative de l'événement se déclare et se relance : la dispersion et la multiplicité qui y sont en état de devenir.

  • Titre traduit

    Writing corporeally : a theory of literary events


  • Résumé

    What is literature's approach to the event? How does literature produce and give testimony to events? The event is generally defined in this study as any occurrence, real or fictional, within a singular verbal work. The event is that which obviously comes about, yet in its very essence the event comprises a dimension of inexhaustibility, an unknown element that refuses perception and appropriation, and that constructs and depends on the creative engagement of the stylistic and fictional work. Reading Heidegger's later writings and discussing his reception by French thinkers such as Blanchot, Derrida, and Deleuze, my study defines the act of literary creation as a progression towards the event and, most particularly, as the experience of the un-happening element within the happening. As I argue, while the event incessantly acts in the literary work as an unprecedented call for absolute creation, literature offers the evasive voice and image of the non-place within the taking place. My study demonstrates how these theoretical premises may be applied to actual literary works by analysing Marcel Proust's and Louis Ferdinand Céline's air raid passages in Le Temps Retrouvé (1927) and in the first book of Féerie Pour Une Autre Fois (1953) respectively. In these passages, the experience of literature—as both an act of writing and reading—becomes the vital move of the event itself: the more one surrenders to the violent and impersonal corporeality of the event, the more the work becomes "the offspring of the event," as Deleuze joyfully remarks (Logique du Sens, 1969).

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (VII-327 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2012) 008
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.