Enjeux éthiques de la médecine en milieu carcéral

par Paolo Girolami

Thèse de doctorat en Ethique médicale

Sous la direction de Christian Hervé.


  • Résumé

    La pratique médicale en milieu carcéral doit faire face à une contradiction qui va droit au cœur de la réflexion éthique: tandis que la médecine vise à soulager la souffrance, la prison l’impose. Pour dépasser cette contradiction on peut envisager deux solutions. La première réside dans une sorte de compromis: le professionnel de santé, face aux règles contraignantes de la prison, doit faire exception à ces règles chaque fois que l’exercice en milieu carcéral met en danger le statut éthique de son engagement professionnel. C’est donc la médecine qui doit s’adapter à la prison. La seconde solution, à travers une analyse critique du sens de la peine et de la réalité carcérale, se fonde sur la constatation que la prison est une institution qui, comme toute institution dans un Etat de droit, est soumise à un processus de transformation en institution juste. Les professionnels de santé, en vertu de la capacité de la médecine de se donner une perspective éthique, peuvent contribuer à cette transformation. Dans cette optique c’est la prison qui doit alors s’adapter à la médecine. Le parcours démonstratif pour valider cette seconde solution, qui est au centre de notre thèse, s’est révélé long et compliqué. Paul Ricœur, avec sa «petite» éthique, nous a fourni la plateforme de départ. En approfondissant ses concepts d’éthique, (la perspective de la vie bonne), de morale, (le royaume des normes), d’institution (la structure du « vivre – ensemble » d’une communauté historique, donc l’ensemble des conditions et des dispositifs de coopération et de solidarité qui fondent une communauté et en assurent la continuité temporelle), on a pu bien comprendre pourquoi médecine et droit jouissent de l’appellation d’institution. La notion d’ « activité contre » assimile la médecine au droit, tous deux étant engagés contre le mal: ce qui ne devrait pas être. A partir de l’idée de respect de la personne, leurs similitudes se sont révélées si nombreuses qu’on peut parler de consubstantialité. Une fois démontrée une cohérence épistémologique entre la médecine et le droit, qui reconnaît dans l’amour pour le prochain son expression la plus noble, restait à savoir comment concilier la peine, et son poids de souffrance, avec la vraie nature du droit. Une donnée s’est révélée très explicative: au fil du temps la médecine a fourni le modèle à toutes les théories de la peine. En effet, les concepts de prévention, de thérapie, de restauration s’y trouvent intimement mêlés. La prison étant, tour à tour, l’expression de ces concepts, la médecine peut légitimement donner à la prison une perspective éthique fondée sur le respect de la personne. En plaçant le respect de la personne, même coupable, au centre de l’institution carcérale, le droit aussi est à même de prendre place au sein de la prison. Quant au rôle des professionnels de santé, il ne s’agit pas de médicaliser la prison mais de l’humaniser. Tels sont les enjeux éthiques de la médecine en milieu carcéral

  • Titre traduit

    Medicine and prison : ethical challenges


  • Résumé

    Medical practice in prison has to cope with a fundamental contradiction related to ethics: whereas medicine is established to relieve suffering, prison imposes it. To overcome this contradiction, there are two possible solutions. The first entails a compromise: the health professional must respect prison policies even when these are in contrast with medical ethics, however making exceptions whenever possible. Therefore, the principle is: medicine must conform to the prison duties. The second solution, based on the critical analysis of the theories of punishment and imprisonment, is related to the consideration that prison is an institution. As with every institution in a community based on the rule of law, prison is also interested by a transformation process to a “just institution”. Therefore the principle is: prison has to conform to the medical discipline. The demonstration of this second solution has proven to be longer and more complex than the first one. The starting point has been represented by the ethics of Paul Ricœur, called by himself “petite éthique” (small ethics). Through the study of the concepts of ethics (the perspective of a good life), of morals (the kingdom of rules), of institutions (the conditions of co-existence within an historical community, in other words, any structure or mechanism of cooperation and solidarity that governs and allows a given community to endure), we have arrived to the conclusion that medicine and the legal system may be defined as “institutions”. Since the legal system and medicine are engaged against evil (that is, that which should not exist), the notion of “opposing action” applies well to both. Starting from the idea of respect of the person, there are so many similarities between medicine and legal system that we may well consider them as homogeneous. Once this epistemological coherence is proven, (this coherence is symbolized at the highest level by the love for one’s neighbour), we still have to understand how to reconcile the punishment, and its burden of suffering, with the legal system. An important discovery has turned out to be: medicine has provided the model to all theories of punishment. In fact, the concepts of prevention, of therapy, of restoration are variously represented in all theories of punishment. Because prison incorporates all these concepts, medicine has the potential to provide prison an ethical perspective, inspired by the respect of the person. Therefore, placing the respect of the person as a guide-line for incarceration, the legal system may regain its place in prison. Concerning the role of health professionals, they must only humanise the prison and not transform the prison into a medical domain. These are the ethical challenges facing the medical profession in prison

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2013 par les Études hospitalières à Bordeaux

Médecine et prison : entre éthique et droit


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes-Bibliothèque électronique. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2013 par les Études hospitalières à Bordeaux

Informations

  • Sous le titre : Médecine et prison : entre éthique et droit
  • Dans la collection : Collection du Centre de droit de la santé d'Aix-Marseille
  • Détails : 1 vol. (284 p.)
  • ISBN : 978-2-84874-521-3
  • Annexes : Bibliogr. p. [273]-284. Notes bibliogr.
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.