Influence des émotions sur la prise de décision chez l’enfant, l’adolescent et l’adulte : Comment le contexte socio-émotionnel et le développement des émotions contrefactuelles influencent-ils nos choix ?

par Marianne Habib

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Sylvain Moutier et de Olivier Houdé.

Le président du jury était Daniel Mellier.

Le jury était composé de Sylvain Moutier, Olivier Houdé, Daniel Mellier, Isabelle Blanchette, Pascal Huguet, Giorgio Coricelli.

Les rapporteurs étaient Isabelle Blanchette, Pascal Huguet.


  • Résumé

    L’objectif général de cette thèse est (i) d’examiner l’influence du contexte socio-émotionnel sur la prise de décision à risque, chez l’enfant, l’adolescent et l’adulte (ii) et de s’interroger sur la dynamique développementale des Types 1 (heuristique) et 2 (analytique) de raisonnement envisagés par les théories du double processus et de leur articulation avec la Prospect Theory. Selon nous, cette articulation permettra de mieux rendre compte de l’influence des émotions sur la sensibilité aux gains et aux pertes dans la prise de décision. Dans ce contexte, nous avons d’abord examiné l’influence d’un contexte émotionnel incident sur la sensibilité à un biais décisionnel classique, l’effet du cadre de présentation, chez l’adulte. Nous nous sommes intéressés à l’influence du contexte émotionnel du point de vue de sa valence (positive ou négative), avant d’étudier l’influence d’émotions spécifiques (la colère et la peur). Sur le plan de la valence, nos résultats mettent en évidence l’influence des émotions positives dans la disparition de l’effet du cadre, à travers la réduction de l’aversion aux pertes. Les émotions plus spécifiques ont une influence différenciée sur la prise de risque, la peur tendant à l’augmenter, tandis que la colère tend à la réduire. Puis, nous avons étudié l’influence d’émotions positives sur la sensibilité à l’effet du cadre à l’adolescence, période critique en termes de prise de risque. La sensibilité à l’effet du cadre varie en fonction des sommes en jeu, ce qui conduit à une influence différenciée du contexte émotionnel selon cet enjeu. Nous nous sommes ensuite intéressés au développement de deux émotions intégrales au processus de prise de décision, dites également contrefactuelles (le regret et le soulagement) et à leur influence sur la volonté de reconsidérer un choix. Pour ce faire, nous avons élaboré une tâche de prise de décision induisant du regret ou du soulagement et nous avons mis en évidence un développement progressif du ressenti de ces émotions et de la capacité à les prendre en compte lors de la reconsidération d’un choix antérieur. Enfin, nous avons étudié le développement du regret social et du soulagement social de l’enfance à l’âge adulte, à travers un paradigme de compétition avec un pair. Le contexte de compétition semble biaiser l’évaluation rationnelle du regret et du soulagement à l’adolescence, certaines situations étant perçues comme plus désirables par rapport à un contexte de jeu individuel. Ces résultats sont discutés en lien avec la Prospect Theory, puisque la sensibilité aux gains et aux pertes semble modulée de façon distincte, à différents stades du développement, par le contexte émotionnel.

  • Titre traduit

    The influence of emotions on decision making in children, adolescents and adults : How do socio-emotional context and the development of counterfactual emotions influence our choices?


  • Résumé

    The general goal of this thesis was to study (i) the influence of different socio-emotional contexts on decision-making under risk, in children, adolescents and adults and (ii) the developmental dynamics of the Types 1 (heuristic) and 2 (analytic) of reasoning within the framework of the Dual Process theories, and their articulation with the Prospect Theory. According to us, a better articulation between these two theories could account more efficiently of the influence of emotions on reward and punishment sensitivity in decision-making. Therefore, we first examined the influence of an incidental emotional context on the framing effect - a classical bias in decision-making - on adult participants. We started by studying the influence of the valence of the emotions (positive or negative) and then the influence of different specific emotions (anger and fear) on this bias. Our results revealed that the participants were no longer affected by the framing effect following an exposure to a positive emotional context, due to a decrease of risk aversion in the loss frame. The two negative emotions we considered had opposite effects on risk taking: fear tended to increase risk taking, whereas anger tended to decrease it. In a follow-up study, we investigated the influence of incidental positive emotions on the framing effect during adolescence, a critical period for risk taking. In adolescents, the framing effect was modulated by the amount of the outcome at stake, and the emotional context had different impact on this bias depending of the amount of the outcome considered. Then, we examined the development of two integral (and counterfactual) emotions, regret and relief, and how these emotions affect our willingness to reconsider a choice. We elaborated a new gambling task and we manipulated the outcome obtained by the participants to induce regret or relief. This study provided evidence that the ability to experience regret and relief and the ability to take them into consideration continue to develop during late childhood and adolescence. We finally studied the development of social regret and relief from late childhood to adulthood, using a situation of social competition (playing against a playmate). This socio-emotional context seems to bias the rational evaluation of regret and relief in adolescence, as some situations are evaluated as more desirable, as compared to the same situations in a context of individual game. These results are discussed in light of the Prospect theory, as reward and punishment sensitivity seems to be differently modulated by socio-emotional context, at each developmental stage.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes-Bibliothèque électronique. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.