Entre le trône et l’autel : la grande aumônerie de France sous l’Empire et la Restauration (1804- 1830)

par Rémy Hême de Lacotte

Thèse de doctorat en Histoire moderne

Sous la direction de Jacques-Olivier Boudon.

Soutenue le 12-12-2012

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Histoire moderne et contemporaine (Paris) , en partenariat avec Centre d'histoire du XIXe siècle (Paris) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Christian Sorrel.

Le jury était composé de Jacques-Olivier Boudon, Brigitte Basdevant-Gaudemet, Xavier Boniface, Philippe Boutry.


  • Résumé

    La grande aumônerie désigne traditionnellement, en France, le clergé chargé de l’exercice du culte auprès dusouverain et de ceux de ses sujets attachés à sa personne. Longtemps cantonné à la cour, ce service connaît, desa recréation par Napoléon au moment du passage à l’Empire jusqu’à sa suppression par la monarchie deJuillet, un développement sans précédent. L’amalgame de différentes composantes, à commencer, sous laRestauration, par l’aumônerie militaire, transforme le modeste département aulique en une institution présenteà l’échelle nationale, dont les effectifs équivalent à ceux d’un petit diocèse. Le présent travail s’interroge sur lamanière dont l’existence d’un tel clergé affecte concrètement le fonctionnement du système concordataire, àtravers l’étude de ses structures, de son personnel et de son activité pastorale. Il pose aussi la question du poidspolitique du clergé de cour dans la direction des Affaires religieuses en régime constitutionnel. Il conclut surun constat : celui de la marginalisation, avant même sa disparition, de la grande aumônerie, soulignant parcontrecoup la solidité des institutions de régulation des cultes mises en place par Bonaparte. L’antique alliancedu Trône et de l’Autel fait alors place, définitivement, à la relation purement administrative de l’Église et del’État.

  • Titre traduit

    Between throne and altar : the “Grande Aumônerie de France” under the first Empire and the Bourbon Restauration (1804-1830)


  • Résumé

    The “Grande Aumônerie” traditionally refers, in France, to the clergy in charge of the exercise of the ministryto the sovereign and, among his subjects, to all those attached to his person. A long time confined to the court,this service knows, from its restoration by Napoleon until its removal by the July Monarchy, an unprecedentedgrowth. The incorporation of various components, which the most important is certainly, under theRestoration, the military chaplaincy, converts the modest aulic department into a national institution, whosenumbers equall to those of a small diocese. This work examines how the existence of such a clergy actuallyaffects the running of the Concordat System, through a detailed study of its structures, its staff and its pastoralactivity. It also raises the question of the political weight of the court clergy in the management of religiousaffairs in a constitutional government. Eventually a finding stands out : the marginalization, even before itsdisappearance, of the “Grande Aumônerie”, which, by contrast, underlines the soundness of the institutionsestablished by Bonaparte in order to regulate the religions. The ancient alliance of Throne and Altar then givesway, definitively, to the merely administrative relationship between Church and State.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.