Les cercles de collectionneurs et de numismates dans la région de Pékin durant la première moitié du XIXème siècle : échange des monnaies anciennes, partage des idées et renouveau des études numismatiques

par Lyce Jankowski

Thèse de doctorat en Histoire de l'art

Sous la direction de Osmund Bopearachchi.

Le jury était composé de Michel Amandry, Emmanuel Poisson, François Thierry.


  • Résumé

    La période qui s’étende de la fin du XVIIIe siècle à la première moitié du XIXe constitue un âge d’or de la numismatique chinoise. Suite à l’édition en 1751 du Qinding qianlu, nombreux sont les collectionneurs qui s’intéressent à la monnaie et qui s’engagent dans la publication de catalogues, de monographies ou d’études érudites. Ces publications qui s’inspirent des méthodes appliquées en littérature par le courant d’érudition appelé l’ « Ecole des vérifications et des preuves » (kaozhengxue), entraînent une révolution méthodologique dans les études numismatiques. L’œuvre la plus représentative de cette période est le Guquanhui de Li Zuoxian (1807-1876) publiée en 1864. Cet ouvrage rassemble les collections, ainsi que les idées d’une communauté de passionnés qui correspondaient régulièrement, s’échangeaient des monnaies, estampages ou encore manuscrits et se réunissaient parfois. Mettre en évidence la nature des correspondances entre membres de ce cercle et l’existence d’échanges marchands et amicaux entre passionnés à la capitale permet de comprendre dans quelle mesure les échanges informels ont contribué à l’élaboration de critères d’étude des monnaies et à faire faire un bond qualitatif sans précédent à la numismatique chinoise. Il s’agit de voir quand quelle mesure les réseaux de sociabilité existant entre collectionneurs ont contribué aux progrès significatifs de cette époque, c’est-à-dire de retracer l’apparition d’une exigence de scientificité dans le milieu des collectionneurs privés. Cette recherche questionne aussi l’articulation entre le goût de la collection et la réflexion historique savante.

  • Titre traduit

    A Social Network of Coin collectors and numismatists around Beijing during the first half of the 19th century : Exchanging Coins and Ideas


  • Résumé

    The period from the late eighteenth century to the mid-nineteenth constitutes a golden age for Chinese numismatics. Following the publication in 1751 of the Qinding qianlu (The Imperially Ordered Catalogue of Coins), many collectors became interested in coins and engaged themselves in publishing catalogues, monographs, or studies. These publications using the methods employed in littérature by the « Evidential studies » (kaozhengxue), created a révolution in methods in numismatics studies. The most représentative work of this period is the Guquanhui (Catalogue of Ancient Coins) published by Li Zuoxian (1807-1876) in 1864. This book brings together the collections and the ideas of a community of collectors that met regularly, exchanged coins, rubbings or unpublished documents. These informal exchanges have contributed to the invention of criteria for the study of coins and to the qualitative leap made in Chinese numismatics. An attempt will be made to understand how social networks between collectors have conrtbuted to the significant progress of that time, and to trace the emergence of a requirement of scientific approach among coin collectors. This reserch also questions the relation betwwen the taste for collection and historical thinking.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.