La francophonie à l’épreuve de la médiatisation française

par Anne-Laure Camus

Thèse de doctorat en Sciences de l'information et de la communication

Sous la direction de Françoise Finniss-Boursin.

Le président du jury était Tristan Mattelart.

Le jury était composé de Francis Balle, Guillaume Soulez, Francis Yaiche.


  • Résumé

    La francophonie touche des questions et des disciplines multiples. Objet littéraire, linguistique, politique, organisationnel, elle semble déclinable à l’infini. C’est le premier enjeu de la thèse : mesurer ses contours à travers un travail de définition qui prend en compte les différentes dimensions de la francophonie. Du mot à l’institution en passant par la symbolique du concept, la recherche construit son objet.A partir de cette définition – élargie – la réflexion pose la francophonie comme objet de recherche en sciences de l’information et de la communication, puis comme objet médiatisé en France. L’analyse de la couverture médiatique de la francophonie par la presse quotidienne nationale et les journaux télévisés s’appuie sur le concept d’événement et sur une étude sémiotique de l’image. Elle permet d’observer le rétrécissement de l’objet foisonnant en un objet uniforme qui se réduit à sa manifestation bisannuelle (Sommet de la Francophonie). La thèse interroge ensuite les acteurs francophones (anonymes, artistes, institutions) tels qu’ils sont mis en récit par le dispositif médiatique : les enjeux se dessinent, les forces opposantes et alliées se positionnement et se déplacent, suivant la logique d’une sémiotique structurale. Au fil du développement, la francophonie entre en contact avec l’identité française et c’est sur l’ambivalence de leur lien que se clôt la thèse.

  • Titre traduit

    Francophony facing the french mediatisation


  • Résumé

    The idea of francophony (“ la Ffrancophonie”) is linked with many questions and disciplines and there seem to be no limits to its literary, linguistic, political or organisational applications. The main object of this thesis is therefore to try and define it as accurately as possible while taking into account its multiple dimensions, from the word itself through the symbolism of the concept to the institution. With this –widened- definition as a starting point,” francophony” (“la francophonie”) can be considered as an object of research in communication and information sciences, as well as a subject that has its own existence in the eyes of the French media. The analysis of the media coverage of “francophony” in the French national daily newspapers and TV news rests on the notion of “event” and on a semiotic study of the image It allows to narrow a many-sided phenomenon down to a single homogeneous one by reducing it to its biennal event- the Francophonie Summit. The thesis then focuses on the agents of “francophony” (individuals, artists or institutions) as they are presented in the media: on what is at stake, on how conflicting forces and alliances appear and fluctuate according to a structural semiotic logic. Progressively, the question of “francophony” meets with that of the French identity, and the thesis ends on the ambiguous aspect of their connection.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.