« Par bel mentir » : Mensonges et vérités ambiguës en amour dans les récits courtois des XIIe et XIIIe siècles

par Mathilde Grodet

Thèse de doctorat en Études médiévales

Sous la direction de Jacqueline Cerquiglini-Toulet.

Soutenue le 08-12-2012

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Mondes anciens et médiévaux (Paris) , en partenariat avec Etude et édition de textes médiévaux (Paris) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Dominique Boutet.

Le jury était composé de Mireille Demaules, Yasmina Foehr-Janssens, Jean-Marie Fritz.


  • Résumé

    La société médiévale accorde une importance particulière à la vérité. La foi en un Dieu omniscient dont le Verbe est vérité garantit cette attitude : pensées et paroles se doivent d’être cohérentes et dénuées de fausseté. Les situations mensongères, nombreuses dans les récits courtois, vont à l’encontre de cette exigence morale. Elles remettent en cause le monde idéal et volontiers manichéen de la littérature courtoise, brouillant les oppositions nettes entre dissimulation et révélation, hypocrisie et sincérité. La dimension généralement discursive du mensonge interroge le travail de l’auteur à une époque où la littérature romane prend conscience de ses enjeux. La question du langage et de son adéquation à la vérité est notamment au cœur des préoccupations. Le statut de la fiction, plus problématique encore, entraîne par ailleurs une tension entre la revendication constante de l’authenticité du récit et la fictionnalisation de la figure de l’auteur, moins poète que conteur.

  • Titre traduit

    « Par bel mentir » : lies and Ambiguous Truths in the Field of Love in XIIth and XIIIth centuries Courtly Narratives


  • Résumé

    In Medieval society the truth was held in the highest esteem. The belief in an omniscient God whose Word is truth guarantees this conviction: thoughts and speeches must be coherent and free of falsehood. The deceptive situations, abundant in courtly narratives are a direct contradiction of this moral call. They challenge the ideal and gladly Manichean world of courtly literature, blurring the clear oppositions between dissimulation and revelation, hypocrisy and sincerity. The usually discursive aspect of lie questions the author’s work in a period where the Romanic literature becomes aware of its stakes. The matter of language and its adequacy with truth is a fundamental concern. Furthermore, the status of fiction, even more troublesome, gives way to a constant tension between the authenticity of the narrative and the fictionalisation of the author figure, appearing less a poet and more a storyteller.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.