Le libre arbitre au risque des neurosciences : l'apport d'une neurophénoménologie de l'attention.

par Krystele Appourchaux

Thèse de doctorat en Philosophie (métaphysique, épistémologie, esthétique)

Sous la direction de Jean-Michel Besnier.

Soutenue le 12-12-2012

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Concepts et langages (Paris) , en partenariat avec Rationalités contemporaines (Paris) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Pascal Ludwig.

Le jury était composé de Jérôme Goffette, Max Kistler, Claire Petitmengin.


  • Résumé

    Le concept de libre arbitre semble aujourd’hui menacé par les récentes avancées neuroscientifiques. Nous examinons dans un premier chapitre le débat concernant la compatibilité du libre arbitre et du déterminisme causal. Le deuxième chapitre étudie la thèse de l’épiphénoménalisme de la conscience en recensant les données expérimentales actuellement disponibles. La théorie défendue par Daniel Wegner est analysée et donne lieu à une prise en compte des limitations de la conscience, qui sont également appuyées par la psychologie expérimentale. Ces limitations sont examinées dans une troisième partie, qui met en parallèle les notions d’inconscient cognitif et d’inconscient psychanalytique afin de permettre une redéfinition de l’action volontaire à la lumière de ces limitations. Nous défendons dans une dernière partie une approche neurophénoménologique, selon laquelle une étude de la conscience doit nécessairement passer par la prise en compte des données en première et en troisième personne, afin que ces deux types de données s’informent mutuellement. Cette démarche, qui nécessite un entraînement des capacités attentionnelles afin de décrire au mieux l’expérience vécue, permet d’envisager non seulement de nouvelles perspectives de recherche concernant la prise de décision, mais également une nouvelle définition du libre arbitre comme apprentissage. Cette redéfinition du libre arbitre s’appuie sur les études effectuées en neurosciences sur les mécanismes attentionnels, ainsi que sur l’examen des vertus thérapeutiques de certaines techniques de redirection de l’attention.

  • Titre traduit

    Free will at the risk of neuroscience : the contribution of a neurophenomenology of attention


  • Résumé

    The concept of free will seems now to be threatened by recent advances in neuroscience. In the first chapter, we examine the debate concerning the compatibility of free will and causal determinism. The second chapter studies the thesis of the epiphenomenalism of consciousness by making an inventory of the experimental data currently available. The theory defended by Daniel Wegner is analyzed and leads us to take into account the limitations of consciousness, which are also supported by experimental psychology. These limitations are examined in the third chapter, in which we draw a parallel between the notions of cognitive unconscious and psychoanalytic unconscious, allowing us to redefine voluntary action in light of these limitations. In the last chapter, we defend a neurophenomenological approach, according to which a study of consciousness must necessarily take into account first-person as well as third-person data, in order for each of these types of data to inform the other. This approach, which requires a training of attentional capacities in order to best describe lived experience, allows not only to consider new research perspectives about decision making, but also a new definition of free will as an apprenticeship. This redefinition is based on neuroscientific studies about attentional mechanisms, as well as on the examination of the therapeutic virtues of certain redirection of attention techniques.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?