Utopie de la littérature. La question littéraire dans l’œuvre de Theodor W. Adorno.

par Antonin Wiser

Thèse de doctorat en Études germaniques

Sous la direction de Gérard Raulet et de Jean Kaempfer.


  • Résumé

    La présente thèse se propose d’étudier la question de la littérature dans l’œuvre d’Adorno. Elle fait apparaître la fonction utopique que le philosophe attribue à la littérature en tant que celle-ci dessine l’horizon d’une « langue sans terre », ligne de fuite hors de la dialectique de la raison. Tandis que le discours philosophique a reproduit dans son appareil conceptuel la violence mythico-rationnelle à l’encontre du singulier non-identique, la langue littéraire semble en mesure d’indiquer la possibilité de parvenir par le concept au-delà du concept, ce qui constitue le désir utopique de la dialectique négative. L’enjeu n’est pas seulement épistémique : il est bien éthico-politique, lié à la possibilité d’établir des rapports à l’autre libérés de la contrainte de l’identité.Dans les œuvres littéraires dont il entreprend la lecture – qu’il s’agisse de celle d’Eichendorff, de Hölderlin, de Proust, de Valéry, de Beckett ou encore de Kafka – Adorno ne cherche cependant pas une figure concrète de l’utopie, mais la trace de « ce qui nous appartient en propre et qui a été laissé en blanc » – aussi bien dans les textes que dans l’Histoire. La littérature porte alors en creux ce possible impossible dont la puissance hante le présent entre ses lignes ; elle est de la réconciliation (Versöhnung) une image sans image, tout à la fois ressource de la critique radicale des conditions existantes et réserve du désir d’un autre à venir.

  • Titre traduit

    Utopia of Literature. Literature in Theodor W. Adorno’s work


  • Résumé

    This dissertation proposes to study the question of literature in the work of Adorno. It shows the utopian function which the philosopher attributes to literature as it draws the horizon of a "language without soil", a line of flight from the dialectic of reason. While philosophical discourse reproduces in its conceptual apparatus the mythical-rational violence against the non-identical singular, the language of literature seems able to indicate the possibility of reaching beyond the concept with the help of the concept, which is the utopian desire of negative dialectics. The challenge is not only epistemic: it is ethical-political as well, related to the possibility of establishing relations with others which are freed from the constraints of identity.In the literary works which he studies – those of Eichendorff, Hölderlin, Proust, Valery, Beckett or Kafka –, Adorno does however not seek a concrete figure of utopia, but rather traces of "what is our own and has been left blank" - both in these texts and in History. In those blanks, literature contains the « possible impossible » which haunts the present ; it is the picture without picture of Reconciliation (Versöhnung), a resource for both a radical critique of existence and for the desire of the other to come.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.