La chance dans l’oeuvre de Georges Bataille

par Fabrice Lagana

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Jean-Michel Besnier.

Soutenue le 27-01-2012

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Concepts et langages (Paris) .


  • Résumé

    La notion de chance se rapproche de celle du hasard, mais c’est une notion critique, tenant compte de la mort de Dieu pensée par Nietzsche. Elle opère un renversement des valeurs et des représentations. Fugace, insaisissable, elle réfute toute logique du travail et de l’action. Elle s’accomplit dans l’instant. Elle entraîne une nouvelle ontologie et une nouvelle morale, celle du jeu.La chance est négative mais également positive. Elle apparaît comme une exigence, celle de dépasser les limites du donné ; et comme un risque, celui de se perdre dans la nuit du non-savoir.Elle prend forme dans les années 1930, dans un contexte de guerre de plus en plus menaçant. Elle trouve nombre de ses formulations dans la philosophie de Nietzsche dont Bataille se sert comme d’une arme contre le système hégélien. Elle apparaît comme le résidu ou le déchet des doctrines uniquement rationnelles et se présente comme une expérience sensible, ancrée dans le vécu de Bataille. Elle est un mouvement d’excès qui conduit la pensée à l’excès. Or, dans le monde moderne, les états extrêmes n’ayant plus de but (comme l’expiation et le salut) et l’action directe ayant remplacé le sacrifice, l’art seul les recueille. Bataille transpose donc sa recherche dans une écriture fragmentaire heurtée qui contrevient à toutes les normes littéraires. Il mêle les formes et les genres pour exposer la diversité, l’intensité et l’inquiétude qui caractérise cette expérience. Il invente une écriture qui ne cesse de se mettre en question pour faire sentir l’absence de certitude dans un monde où tout est instable, menacé de disparition.

  • Titre traduit

    Chance in the works of Georges Bataille


  • Résumé

    The notion of chance is similar to fortuity, but it is a critical concept, taking into accountthe death of God, thought by Nietzsche. It reverses values and representations. Fleeting,elusive, it refutes all the logic of labour and of action. It is accomplished in the moment. It leadsto a new ontology and a new morality, that of playing. Chance is an opportunity and a risk. Itappears as a demand, that of exceeding the limits of the given, and as a hazard, that of gettinglost in the night of ignorance. It takes shape in the 1930s in a context of war more and morethreatening. It is often expressed in the philosophy of Nietzsche that Bataille uses as a weaponagainst the Hegelian system. It appears as the residue or waste of only rational doctrines andpresents itself as a sensitive experience, rooted in the life of Bataille. It is a movement of excessleading the thinking process to excess. However, in the modern world, the extreme states havingno purpose (such as the atonement and salvation) and direct action having replaced sacrifice,art alone collects them. Bataille therefore transposes his research in an encounteredfragmentary writing that contravenes all standards of literature. He combines the forms and typesto showcase diversity, intensity and anxiety which characterise this experience. He invents atype of writing that never stops challenging itself to highlight the lack of certainty in a world whereall is unstable, threatened with extinction.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.