Critique et herméneutique : Adorno, Gadamer, Habermas

par Pauline Dubouclez (Decelle)

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Alain Renaut.

Soutenue le 07-04-2012

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Concepts et langages (Paris) .


  • Résumé

    Le célèbre débat qui, dans les années soixante, opposa l’herméneutique à la Théorie critique, par l’intermédiaire de leurs principaux représentants respectifs, H.-G. Gadamer et J. Habermas, met en scène une alternative tranchée entre « conscience herméneutique » et « conscience critique » (P.Ricoeur). L’histoire de la Théorie critique montre cependant que sa volonté de s’immerger dans lacrisis qu’est l’histoire, son refus de se constituer en « science traditionnelle » l’amènent à tisser avec l’herméneutique des relations plus complexes qu’il n’y paraît. Ainsi Adorno érige-t-il« l’interprétation » en paradigme de la réflexion philosophique. La théorie habermassienne, dans sa volonté d’assurer à la critique ses fondements de droit, marque une rupture avec un tel paradigme, au profit de celui de la reconstruction. Mais ce tournant, qui vient bouleverser la Théorie critique dans sa conception initiale, n’a-t-il pas pour prix une approche moins pénétrante des phénomènes de domination ? La question est posée par A. Honneth, qui, pour pallier ce déficit critique, élabore une philosophie sociale moins soucieuse de la question de la fondation philosophique et plus hospitalière au thème herméneutique.Cette interrogation ouvre la possibilité d’une relecture de la pensée adornienne, attentive aux accomplissements critiques dont peut se prévaloir la singulière « herméneutique allégorique » qu’elle met en oeuvre.

  • Titre traduit

    Critic and hermeneutics : Adorno, Gadamer, Habermas


  • Résumé

    In the Sixties took place a famous debate setting against each other hermeneutics, represented byGadamer, and Critical theory, represented by Habermas. It embodied a deep-seated antagonismbetween « hermeneutical conscience » and « critical conscience » (P. Ricoeur). However, its historyshows that Critical theory’s decision to merge within history, conceived as crisis, and its refusal of« traditional science » lead it to establish complex connections with the hermeneutical trend. ThusAdorno sets up « interpretation » as a paradigm for philosophical thinking. Because he is concernedwith giving Critical theory its philosophical foundation, Habermas breaks with this paradigm, followinginstead the path of reconstruction. This turn undermines the initial conception of Critical theory; andone might ask - as does A. Honneth - if it does not weaken its ability to detect social dominationphenomena. In order to remedy to the critical shortcomings of habermasian theory, Honneth worksout a social philosophy which is less concerned about the question of philosophical foundation andmore open to the hermeneutical motives.This questioning opens the way for a new reading of Adorno’s philosophy, focused on the criticalachievements of « allegorical hermeneutics ».


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.