La voie de l’amour, Une interprétation de Personne et acte de Karol Wojtyla, lecteur de Thomas d’Aquin

par Aude Suramy

Thèse de doctorat en Histoire de la Philosophie

Sous la direction de Ruedi Imbach.

Soutenue le 17-01-2012

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Concepts et langages (Paris) , en partenariat avec Métaphysique, histoires, transformation, actualité (Paris) (laboratoire) .


  • Résumé

    La thèse que nous proposons aboutit à une interprétation de l’ouvrage philosophique de Karol Wojtyla qu’est Osoba i czyn ou enfrançais Personne et acte. Dans sa préface, l’auteur présente cet essai non seulement issu de ses travaux concernant Max Scheler,mais également né d’une interrogation jaillie « dans l’esprit de celui qui » le rédigeant « étudia alors saint Thomas ». La présenteétude de ce texte phénoménologique tâche de comprendre un tant soit peu le lecteur de Thomas d’Aquin qui élabore cet ouvrage.Les écrits qui sont les témoins de l’histoire philosophique de Wojtyla et concernent tant Jean de la Croix ou Max Scheler queThomas d’Aquin, aident à comprendre l’auteur de Personne et acte. Leur examen ainsi que celui de ce dernier essai conduisent àrendre compte de l’importance de l’amour qui est seulement évoqué au terme du texte. Pour Wojtyla, la mystique de Jean de laCroix, dans laquelle l’amour joue un rôle primordial, est radicalement conforme à la doctrine thomasienne. Cette dernière se trouvealors enrichie par une prise en compte de la réalité en tant qu’elle est vécue par le sujet. Dans la phénoménologie schelerienne, quitend à manifester la personne dans l’amour, Wojtyla apprécie à nouveau cette considération de l’expérience qui manquait àThomas d’Aquin. Mais il remarque que l’émotionnalisme de Scheler conduit à une erreur résultant « de la radicale séparation del’opérativité de la personne d’avec son amour ». Dans Personne et acte, la pensée thomasienne permet à Wojtyla de corriger lapensée schelerienne en s’appuyant sur la conception de l’actus humanus. Le thomisme carmélitain de l’ouvrage implique uncertain « antithomisme » méthodologique étonnamment adéquat à la pensée thomasienne. A l’instar de la mystique, Personne etacte peut donc être interprété comme la description d’un exercice pratique de connaissance de la personne dans son acte : unexercice qui est une voie d’amour et plus précisément une voie d’extase nocturne où l’amour même est connaissance.

  • Titre traduit

    The way of love, An interpretation of Person and Act of Karol Wojtyla, reader of Thomas Aquinas


  • Résumé

    Our Doctoral Thesis is an interpretation of Karol Wojtyla’s philosophical work “Osoba i czyn” (in English Person and Act). In hispreface the author describes his work as emanating not only from his research on Max Scheler, but also as originating from aquestion that arose “from the mind of the one whom”, while writing on St. Thomas, “was at the same time studying him.” Thepresent study of this phenomenological text tries to arrive at a better understanding of the reader of St. Thomas as he develops hiswork. Wojtyla’s philosophical influences include John of the Cross and Max Scheler, as well as Thomas Aquinas. These allcontribute to an understanding of the author of Person and Act. The examination of these works, along with Person and Act, leadsto the revelation of the importance of love, which is however only mentioned at the end of the latter text. For Wojtyla, the mysticismof John of the Cross, in which love has a central role, is completely in accordance with Thomistic doctrine. This doctrine is thenenriched by taking into account the reality as experienced by the subject. In Schelerian phenomenology, where the person revealshimself in the act of love, Wojtyla found here what he thought was precisely lacking in St. Thomas. But he noted that Scheler’semotionalism leads to an error arising from “the radical separation between the person’s actions and his love.” In Person and Act,Wojtyla, by applying the Thomistic doctrine of actus humanus, is able to correct the weakness inherent in Schelerian thought. Thework’s Carmelitan Thomism suggests a certain anti-Thomistic methodology which is paradoxically consistent with Thomisticdoctrine. Like the mystic himself, Person and Act can thus be interpreted as the description of a practical exercise of knowledge ofthe person in action: an exercise which is a way of love, or, more precisely, a way of dark ecstasy where love itself is knowledge.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.