L'écriture de l'accident dans la fiction de Rick Moody

par Sophie Chapuis

Thèse de doctorat en Études anglophones

Sous la direction de Marie-Christine Lemardeley.

Le président du jury était Claire Maniez.

Le jury était composé de Marie-Christine Lemardeley, Claire Maniez, Anca Cristofovici, Christine Savinel.


  • Résumé

    L’œuvre de Rick Moody échappe à toute tentative de catégorisation générique, elle est à la croisée de styles qui s’entrechoquent et se heurtent pour donner naissance à une prose hétéroclite. Cette fiction protéiforme n’en demeure pas moins traversée par la répétition d’un motif invariant : l’accident. C’est le paradoxe de cette observation qui constitue le point de départ de cette thèse. Comment l’accident, dont le surgissement paraît toujours fulgurant, instantané et unique, peut-il se voir répété, décliné et transformé en un principe structurant qui préside à la composition de l’oeuvre de Rick Moody ? Pour répondre à cette question, il faut nécessairement changer le présupposé sur lequel repose la définition de l’accident pour qu’il ne soit plus seulement envisagé comme ce qui arrive de manière accidentelle mais pour que soit révélée également sa dimension essentielle. Cela revient à proposer l’hypothèse que l’accident est toujours déjà là, qu’il est ontologique. Ce changement de perspective, rendu possible par une manipulation temporelle, encourage, sur le plan de l’analyse littéraire, une étude de la temporalité de l’accident. Son surgissement induit plus largement la question de la représentation de la réalité tandis que sa répétition autorise son inscription dans une durée. Provoquant toujours une rupture, la temporalité de l’accident est double car elle a la possibilité à la fois de mettre un terme et de faire éclore un nouveau début. L’accident crée des formes et des cycles, il surgit, dure, détruit, mais aussi régénère.

  • Titre traduit

    The writing of the accident in Rick Moody’s fiction


  • Résumé

    The books of Rick Moody evade all possibility for a generic categorization. They standat the crossroads of different styles which collide with one another and give birth to a heterogeneous prose. However, at the heart of Moody’s protean fiction is to be found a recurring motif : the accident. The repetition of this pattern and the paradox it arises are what started this dissertation. How can such a motif be repeated and transformed into an unvarying organization principle since, at its core, the accident is supposed to happen in a flash, only once? The answer to this question lies in a change of perspective. The definition of the accident needs to be challenged so that it allows for the possibility to consider it not only as what happens accidentally but what is bound to happen by necessity. It all amounts to suggesting that the accident is ontological ; it is always already present, on the verge of happening. This temporal shift makes it necessary, in aliterary perspective, to analyze the temporality of the accident. The sudden appearance of the accident raises questions about the strategies fiction has at its disposal torepresent reality. The repetition of the accident induces also a reflection on its duration.The break-up it necessarily generates reveals its dual temporality: it either comes as an ending or as a possibility for a new beginning. The accident creates different shapes, forms and cycles as it comes up, destroys and regenerates.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.