Intrication textuelle, et déchiffrement du sens dans l'oeuvre de Charlotte Brontë

par Gaïane Hanser

Thèse de doctorat en Études anglophones

Sous la direction de Jean-Pierre Naugrette.

Le président du jury était Catherine Lanone.

Le jury était composé de Jean-Pierre Naugrette, Catherine Lanone, Nathalie Jaëck, Nathalie Vanfasse.


  • Résumé

    L'enfance des jeunes Brontë a été marquée par leurs jeux littéraires : ils ont créé un monde imaginaire dans lequel s'affrontaient héros réels et fictifs, en consignant leurs aventures dans de minuscules manuscrits. L'étude de ces textes permet d'observer chez Charlotte Brontë le processus de formation d'une écriture dialogique, qui se maintient dans les romans de maturité. Sa nouvelle situation énonciative lorsqu'elle soumet ses écrits au public amène toutefois un changement dans son rapport au lectorat, car ses nouveaux critiques ne dissocient pas dans leur réponse la femme de l'artiste. Ceci se traduit par la construction de deux Lecteurs Modèles, qui se voient chacun attribuer un rôle spécifique au sein d'un même texte. Les narrateurs font appel à la clémence du Lecteur Modèle / Juge, tandis qu'ils sollicitent – parfois simultanément – l'aptitude au déchiffrement du Lecteur Modèle / Interprète. Cette thèse a pour ambition d'identifier et d'analyser les différentes stratégies narratives résultant de cette création textuelle d'un double Lecteur Modèle, ce qui permet dans un second temps d'éclairer le sens des romans. Ces stratégies incluent notamment l'insertion de textes seconds ou de références intertextuelles, ainsi que la sémantisation d'éléments non-textuels, tels que les arts visuels ou les artisanats féminins. Cette intrication de plusieurs objets de déchiffrement crée des espaces d'équivoque et d'indécidabilité, qui doivent alors être investis par le lectorat empirique.

  • Titre traduit

    Textual intrication and deciphering of textual meaning in Charlotte Brontë's work


  • Résumé

    The Brontës' childhood was informed by their literary games: they created an imaginary world where they staged the confrontations between their heroes, real or fictitious, and which they used as a setting for numerous tales. A close study of these early writings sheds light on the formation, in Charlotte Brontë's work, of a dialogical mode of writing, which remains present throughout her later novels. Her new enunciative situation as she submits her work to the public at large leads to a shift in her perception of her readership: her new critics do not dissociate in her the woman from the writer, and assess her texts accordingly. This results in the creation of two Model Readers, each of whom is given a specific role within the frame of a same text. Brontë's narrators ask for the leniency of the Model Reader / Judge, at the same times as they call upon the Model Reader / Interpretant's aptitude at deciphering signs. This thesis aims at identifying and analysing the narrative strategies resulting from the creation of a double Model Reader, which help understand the meaning of the novels. These strategies include the insertion within the text of secondary texts or intertextual references, as well as the semanticisation of non-textual elements, such as visual arts or accomplishments. This intrication of various cyphers creates a locus of equivocation and undecidability, which must be invested by the empirical readership.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.