Etude diachronique (XIIIe - XVe siècles) de la concordance des temps en espagnol médiéval. Approche explicative

par Caroline Pasquer

Thèse de doctorat en Études hispaniques et latino-Américaines langues, littératures et civilisations

Sous la direction de Éric Beaumatin.

Le président du jury était Jean-Pierre Jardin.

Le jury était composé de Éric Beaumatin, Jean-Pierre Jardin, Bernard Darbord, Gabrielle Le Tallec-Lloret.


  • Résumé

    Cette thèse propose une approche explicative de la « concordance des temps » en espagnol médiéval grâce à l'apport de la théorie des modes développée par Gilles Luquet. Nous avons tout d'abord synthétisé les apports des grammaires et des linguistes sur ce phénomène syntaxique. Mais la controverse toujours en vigueur sur l'existence d'une règle – la « new rule » de Jerzy Kowal date de 2007 –, ses contradictions et ses insuffisances (exemples « non concordants ») sont autant de facteurs qui nécessitent de repenser les paramètres qui conditionnent véritablement le choix des formes verbales. Les exemples, issus de corpus informatisés, ont été classés selon la terminologie traditionnelle entre subordonnées substantives, adjectives et adverbiales. Nous avons cherché à déterminer les raisons qui sous-tendaient l'alternance, l'émergence ou la disparition de certaines formes verbales. L'analyse des variations – diachroniques, diaphasiques, diastratiques et diatopiques – est également au cœur de cette étude. L'approche quantitative a pour objectif de déterminer la représentativité des occurrences et la fiabilité des évolutions constatées.Il ressort de cette étude que le locuteur médiéval n'était pas plus contraint à une « concordance des temps » fondée sur un accord mécanique que le locuteur d'aujourd'hui. Il pouvait au contraire (in)actualiser les éléments de son discours en fonction de sa visée discursive.

  • Titre traduit

    Diachronic study (13th-15th centuries) of the sequence of tenses in Old Spanish. An explicative approach


  • Résumé

    This thesis provides an explicative case study method to explore the "sequence of tenses" in Old Spanish thanks to the theory of moods developed by Gilles Luquet.We first examined the contributions of grammars and linguists on this syntactic phenomenon. Nevertheless, the ongoing controversy on the existence of a rule – the 2007 "new rule" proposed by Jerzy Kowal –, its contradictions and weaknesses ("violations") are all factors that make it essential to rethink the criteria that determine verbal forms. The collected data, drawn from linguistic databases, were classified according to the traditional terminology of embedded clauses : substantive, adjective and adverbial clauses. We attempted to determine the factors underlying the alternation, the emergence or disappearance of certain verbal forms. Variations – diachronic, diaphasic, diastratic and diatopic variations – were also analyzed. Statistics were used to fix the magnitude of the patterns and to guarantee the reliability of the observed evolutions.This study reveals that the medieval speaker wasn't more governed by a ''sequence of tenses'' based on mechanical congruence than the actual speaker. On the contrary, the speaker himself was able to (in)actualize parts of his speech in function of specific communicative purpose.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.