La dimension indigène du MAS entre stratégie et culture partisane

par Cécile Casen

Thèse de doctorat en Etudes Hispaniques et Latino-américaines

Sous la direction de Renée Fregosi.

Soutenue le 12-11-2012

à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Europe latine et Amérique latine (....-2015 ; Paris) , en partenariat avec Centre de recherche et de documentation sur les Amériques (équipe de recherche) .

Le président du jury était James Cohen.

Le jury était composé de James Cohen, Antoine Roger, Camille Goirand, Guillaume Boccara, Andrew Canessa.


  • Résumé

    Evo Morales, leader du Movimiento al socialismo (MAS), arrive au pouvoir en décembre 2005. Sa victoire électorale, sans précédent depuis le retour de la démocratie (53 % des voix), acquiert une signification historique particulière du fait de son identification comme le premier président indigène bolivien. Le MAS se convertit en la première force politique du pays.Notre analyse se fonde sur deux études de terrain réalisées principalement à La Paz et à Sucre au moment de l'arrivée au pouvoir du MAS, puis alors que se tient l'Assemblée Constituante. Nous avons assisté à de nombreuses manifestations et événements politiques, réalisé des entretiens auprès de dirigeants sociaux, cadres du parti et militants de base ou responsables d'ONG. L'expérience du terrain a permis d'appréhender les « horizons du monde » des partisans du MAS ainsi que les « réseaux de concepts et de récits » (Daniel Cefaï) dans lesquels ils se meuvent.Comme la plupart des partis ethniques, le MAS présente toutes les caractéristiques d'un Parti-Mouvement (Benoît Rihoux). Issus de mouvements sociaux, sa légitimité repose sur son engagement à mettre en oeuvre les revendications dont ces derniers sont porteurs. Si l'analyse de ces liens génétiques le rapproche de nombreux autres partis en Bolivie et ailleurs, nous proposons de rendre compte des spécificités de cette articulation à partir d'une interrogation sur le rôle et l'influence de l'identité indigène en son sein.Pour cela, une distinction est établie entre, d'une part, la référence partisane à l'identité indigène et d'autre part, au-delà de cette revendication, la façon dont la fabrique partisane masiste est informée par la culture politique indigène. Cette double entrée inscrit notre travail dans la discussion qui entoure le statut épistémologique de l'identité indigène et en particulier le constructivisme. Le but de cette étude est de montrer que la dimension indigène du MAS ne renvoie pas seulement à une stratégie électorale mais également à une certaine façon de faire de la politique, dont il faut tenir compte si l'on veut saisir la singularité de ce parti.

  • Titre traduit

    MAS's indigenous dimension between strategie and party culture


  • Résumé

    Evo Morales, leader of the Movimiento al socialismo (MAS), came to power on december 2005. His electoral victory, unequaled since the transition to democracy (53% of votes), has acquired a particular historical significance from the fact he is identified as Bolivia's first indigenous President.This research is based on two field works, mainly in La Paz and Sucre. The first field work took place when the MAS came to power, the second when the Constitutional Assembly took place. This has involved going to many political events, such as demonstrations and meetings, interviewing social leaders, ONG's workers, cadre partisan as well as rank-and-file members of the party. The field work has enabled me to comprehend the MAS's followers perspectives, and the « chains of concepts and narrative » (Daniel Cefaï) in which they circulate.As most ethnical parties, the MAS shows all the features of a mouvement-party (Benoît Rihoux). Built up from social movements, its legitimacy is based on commitment to implement their claims. Although the analysis of those genetical links makes the MAS comparable to many other political parties in Bolivia and elsewhere, we propose to grasp the specificities of this articulation, starting from the question of the rôle and influence of indigenous identity in the party.A distinction is then made between the reference to the party's indigenous identity and, further, to the way in which the MAS's party-factory is shaped by the indigenous political culture. This double-entry places our research in a discussion about the epistemological status of indigenous identity and constructivism in particular.The purpose of this research is to show that the MAS's indigenous dimension is not only an electoral strategy but a proper way of being in politics, and this should be taken into consideration to get a clear idea of the singularity of this party.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.