Les méthodes d'apprentissage des apprenants de langue étrangère à travers l'analyse de leurs pratiques de "réparation" dans le cours de conversations acquisitionnelles

par Buenaventura Rubio Zenil

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Patrick Renaud.

Soutenue le 28-09-2012

à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Langage et langues (....-2015 ; Paris) , en partenariat avec Recherche sur le français contemporain (Paris) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Florence Lefeuvre.

Le jury était composé de Patrick Renaud, Florence Lefeuvre, Lorenza Mondada, Luci Nussbaum.


  • Résumé

    Cette recherche s’inscrit dans le courant de l’analyse conversationnelle d’inspiration ethnométhodologique et intègre la perspective socioculturelle. Nous faisons une description située des pratiques d’apprentissage des membres des groupes de conversation du Centre de Ressources pour l’Apprentissage de Langues Étrangères en Autonomie. Sur les bases de données empiriques issues des enregistrements audio et vidéo de conversations exolingues entre apprenants de français et d’espagnol avec de locuteurs francophones et hispanophones, nous avons analysé le phénomène de la réparation (Schegloff, Jefferson & Sacks, 1977) pour décrire les « méthodes » (Garfinkel, 1967) utilisées par les participants, dans le but d’apporter des éléments à la conception de l’apprentissage dans l’action. Certaines caractéristiques des séquences de réparation sont montrées, ainsi que les orientations des participants vers l’expertise d’un des locuteurs. Nous avons pu constater la façon dont les partenaires exhibent une identité d’expert ou d’apprenant, catégories toujours changeantes au cours de l’interaction où la réparation est un outil indispensable. Nous montrons que la réparation dans les conversations exolingues est aussi une méthode d’apprentissage utilisée par les apprenants. L’interaction et particulièrement « l’interaction acquisitionelle » est un outil qui favorise l’appropriation de la L2 (« cognition in practice » Lave & Wenger, 1988 ; « community of practice », Wenger 1998) et nous permet en même temps d’observer le processus « on line » de l’appropriation des ressources linguistiques ainsi que la façon dont les participants résolvent les problèmes qui menacent l’intersubjectivité. Nous avons pu constater plus généralement, que l’apprentissage ne peut pas être défini à priori mais qu’il est contingent et contextuelle et émerge de la dynamique des activités dans l’interaction.

  • Titre traduit

    Learning methods of foreign language learners through the analysis of their practice to "repair" in the course of acquisitional conversations


  • Résumé

    This research is based upon Conversation Analysis (CA) and integrates a sociocultural perspective. It describes the situated learning practices and conversations of a social group of people of a Self-Access Center. Based upon empirical data from audio and video recordings of exolingual conversations between French and Spanish learners with French and Spanish native speakers, the phenomenon of “repair” (Schegloff, Jefferson & Sacks, 1977) is analyzed to describe “methods” (Garfinkel, 1967) used by the participants in order to provide elements to understand the notion of learning-in-action. Some features of repair sequences are shown, as well as the orientations of one participant to the expertise of another participant. It is noticed that the speakers exhibit an identity of expert or learner, and I argue that category is a transitional and dynamic entity in the interaction where repair mechanism is an indispensable tool. I show that the repair mechanism in exolingual conversations is also a learning method used by learners. Interaction and particularly the "interaction for acquisition" is a tool that promotes L2 acquisition ("cognition in practice", Lave & Wenger, 1988; "community of practice", Wenger, 1998) and allows us to simultaneously observe the process "on line" of the appropriation of linguistic resources and the way participants resolve problems that risk intersubjectivity. I notice more generally, that learning cannot be defined a priori but it is contingent and contextual and emerges from the dynamic activities of interaction.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.