Les pronoms personnels du français chez les apprenants tunisiens. Etude syntaxique et didactique

par Emna Souilah Kchaou

Thèse de doctorat en Didactique des langues et des cultures

Sous la direction de Georges Daniel Véronique.

Soutenue le 09-07-2012

à Paris 3 en cotutelle avec l'Université de Tunis , dans le cadre de École doctorale Langage et langues (....-2015 ; Paris) , en partenariat avec Didactique des langues, des textes et des cultures (Paris) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Claude Springer.

Le jury était composé de Georges Daniel Véronique, Claude Springer, Bourguiba Ben Rejeb, Gaha Mohamed-Kamel.


  • Résumé

    Nous sommes partie d’un constat, celui de la fréquence, de la réitération, et surtout de la persistance, depuis des dizaines d’années, de nombreuses erreurs d’un genre particulier relatives à l’emploi des pronoms personnels du français, produites par les apprenants tunisiens. Nous avons formé le projet de travailler sur les divers obstacles et les différentes sources de difficultés auxquels se heurte l’apprenant tunisien dans l’apprentissage et l’emploi de ce fait linguistique. Les problèmes liés à cet apprentissage et à cet emploi semblent présenter la double particularité d’être d’un côté spécifiques à la nature de ce fait de langue (cette catégorie de morphèmes est très complexe à cause des contraintes morpho – syntaxiques qu’elle présente) et inhérents à ses degrés de convergence et de divergence avec les faits de langue correspondants dans la langue maternelle de l’apprenant, le dialecte tunisien, et dans « sa deuxième première langue », l’arabe classique ; et d’un autre côté, généraux c’est-à-dire liés au contexte dans lequel cette langue est enseigné, contexte où plusieurs paramètres entrent en jeu : problèmes sociolinguistiques et psycholinguistiques. La question du statut du français enseigné en Tunisie est posé, statut qui varie d’un cycle à l’autre, et d’une région à l’autre et qui exige, dans tous les cas, des outils, des méthodes et des pratiques pédagogiques appropriés.La thèse que nous développons dans ce travail repose sur l’idée qu’à l’origine des problèmes constatés dans l’emploi des pronoms personnels, se trouvent ces différents facteurs généraux et spécifiques qui ont toujours agi à la défaveur de l’enseignement-apprentissage de la grammaire en général et qui, malgré la succession des réformes, n’ont jamais été pris en charge. Ainsi, l’échec de l’enseignement-apprentissage des pronoms personnels est essentiellement lié à l’absence de prise en charge des vraies difficultés rencontrées dans ce contexte par les enseignants et les apprenants.

  • Titre traduit

    The usage of French personal pronouns by Tunisian learners. A syntactic and a didactic


  • Résumé

    We started from a general remark about the frequency, reiteration and particularly the persistence, since many years, of numerous errors of a particular kind. These errors are relative to the use of personal pronouns of the French language produced by Tunisian learners.We developed the project through working on the diverse obstacles of different sources to which the Tunisian learner is exposed in the learning and use of this linguistic fact. The problems related to this learning and this use seem to be of a double particularity. One the one hand, the problems are specific to the nature of this element in the language (This category of morphemes is very complex because of the morpho-syntactic constraints which it presents) and inherent to its convergence and divergence degrees with the corresponding language facts of the learner’s mother tongue, the Tunisian Arabic dialect, and also with the “first second language”, the Standard Arabic. On the other hand, they are general which means that they are related to the context in which the language is taught. Many parameters, mainly sociolinguistic and psycholinguistic problems, intervene in this context. The issue of the status of the French taught in Tunisia is raised. This status varies from one cycle to another and one region to another and which requires, in all cases, appropriate methods and pedagogical practices. The thesis that we develop in this work is built on the idea that the remarked problems in the use of personal pronouns originate from different general and specific factors that have always acted unfavorably in the learning-teaching of the grammar in general which, despite the subsequent reforms, have never been taken into consideration. Hence, the failure of the learning-teaching of personal pronouns is essentially related to the absence of consideration of the real difficulties involved in this context both to the teachers and the learners.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.