Figures du Polygraphe. Zola, Daudet, Malot (1855-1880)

par Myriam Kohnen

Thèse de doctorat en Littérature française et comparée

Sous la direction de Alain Pagès.

Le président du jury était Daniel Compère.

Le jury était composé de Alain Pagès, Daniel Compère, Francis Marcoin, Anne-Simone Dufief.


  • Résumé

    Des trois auteurs français Zola, Daudet et Malot, l'on ne connaît le plus souvent que Les Rougon-Macquart, les contes, les nouvelles et les romans populaires. Leur œuvre témoigne pourtant d'une plus grande variété qui se justifie par leur carrière d'écrivain-journaliste. Comme leurs prédécesseurs les plus célèbres, Balzac, Hugo et Stendhal, ils tentent d'abord de se faire un nom dans le milieu journalistique avant de devenir plus tard des écrivains reconnus. Comme Vallès, les Goncourt, Baudelaire et Banville, ils considèrent aussi que ce chemin initial garantit l'autonomie de l'homme de lettres. Mais ce ne sont pas seulement l'essor de la presse, le développement technique et l'accroissement du lectorat qui les contraignent à cette pratique de la polygraphie dans divers organes. Les grandes villes les amènent à s'intéresser aux mœurs sociales ainsi qu'à l'actualité politique et artistique, à tel point que ce reportage à Paris et à Londres finit par les inspirer pour l'élaboration de certains romans. Les trois observateurs curieux vont travailler comme enquêteurs dans la rue, en mettant en place une écriture du réel adapté au genre journalistique et littéraire. D'un discours sur le trottoir dans La Rue, Le Boulevard, Le Figaro ou L'Événement illustré, l'on aboutit à une conception moderne de la création qui rejoint par certains aspects la démarche des peintres impressionnistes et des dessinateurs de la presse sous le Second Empire. Au-delà de sa signification sociale et historique, l'évolution du parcours éclaire ainsi les enjeux du travail et du statut symbolique de l'écrivain-journaliste et révèle l'impact des premiers écrits sur l'esthétique des romanciers modernes.

  • Titre traduit

    Figures of a Polygraph. Zola, Daudet, Malot (1855-1880)


  • Résumé

    When asked about the three authors Zola, Daudet and Malot, most only know Les Rougon-Macquart, the stories, the novellas as well as the popular novels. Their works however show a much larger variety, which is the result of their careers as writers and journalists. Like their most famous predecessors Balzac, Hugo and Stendhal, they tried to become established in the world of journalism before becoming renowned writers. Just like Vallès, the brothers Goncourt, Baudelaire and Banville, the trio also assumed this initial step would guarantee the autonomy of the literary man. But it was not only the rise in press publication, the technical development and the growth of their readership that forced them to use their talents in multiple ways. The big cities awoke their interest in the social morals, the political and artistic events of their time, so much so that their reports from Paris or London become inspiration for certain novels. The three curious observers carried out research in the streets, at the same time creating a language based on reality and adapted both to the journalistic and the literary genre. From a pavement conversation in La Rue, Le Boulevard, Le Figaro or L'Événement illustré, they arrived at a modern conception of creation, certain aspects of which resemble the techniques used by the Impressionist painters and press illustrators of the "Second Empire". Beyond its social and historical meaning, the evolution of their careers thus highlights the importance of their work and the symbolic status of the writer and also reveals the impact of the first writings on the aesthetics of the three more "modern" novelists.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.