Difficultés de prononciation et de perception de voyelles du français par des apprenants jordaniens

par Ahmad Nawafleh

Thèse de doctorat en Phonétique

Sous la direction de Jacqueline Vaissière.

Soutenue le 24-05-2012

à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Langage et langues (Paris) , en partenariat avec Laboratoire de phonétique et phonologie (Paris) (laboratoire) .


  • Résumé

    Cette étude s’inscrit dans le cadre de l’application des connaissances acquises grâce à des expériences de phonétique expérimentale à l’enseignement de la prononciation des voyelles dans le cadre du FLE. Les formants des voyelles orales françaises et arabes prononcées par des natifs indiquent que les voyelles /iː aː uː/ de l’arabe diffèrent phonétiquement des /i a u/ du français, en particulier /iː uː/ qui se rapprochent plutôt de /e o/ du français. L’étude acoustique des voyelles du français montre que la voyelle /u/ perd son identité quand elle est réalisée par des apprenants jordaniens : les formants de /u/ réalisée par des débutants sont proches de /ø/ et ceux par des apprenants avancés sont proches de /o/. Les études perceptives confirment que /u/ est confondue avec /o ø/ et indique que les apprenants réalisent seulement un timbre des paires: [e-ɛ], [ø-œ] et [o-ɔ] et qu’ils réussissent à reproduire et identifier /y/ et /ø/ pourtant absentes de leur système phonologique. En revanche, les voyelles nasales représentent, pour eux, une grosse difficulté. Ils les confondent entre elles et avec des voyelles orales. L’étude aérodynamique des voyelles /ɑ̃ ɛ̃ ɔ̃/ des apprenants jordaniens montrent qu’ils synchronisent différemment l’arrivée du débit d’air nasal et qu’ils répartissent différemment sa quantité sur les voyelles par rapport aux natifs. La mesure des formants au début des voyelles nasales montre que les apprenants ne possèdent pas les mêmes cibles articulatoires pour /ɑ̃ ɛ̃ ɔ̃/ que les natifs. Notre thèse s’achève par une réflexion portant sur des stratégies de correction phonétique, des propositions matérielles et techniques d’entraînement à la prononciation.

  • Titre traduit

    Pronunciation and perception difficulties of French vowels by Jordanian learners


  • Résumé

    The dissertation deals with the application of knowledge acquired from experimental phonetics to the teaching of vowels pronunciation within the framework of French as a foreign language. The formants of French and Arabic oral vowels pronounced by natives indicate that Arabic vowels /iː aː uː/ differ phonetically from French /i a u/, in particular /iː uː/, which were realized more like /e o/ of French. The acoustic study of French vowels shows that the French /u/ loses its identity when it is produced by the Jordanian learners: The formants of /u/ realized by beginners are close to those of /ø/, and close to /o/ in the realization of advanced learners. The perceptive studies confirm that the learners merge /u/ with /ø o/ and reproduce only a single sound for the following pairs: /e-ɛ/, /ø-œ/ and /o-ɔ/ whereas they realize and identify correctly /y ø/ in spite of the absence of /y ø/ in their phonological system. By contrast, the nasal vowels /ɑ̃ ɛ̃ ɔ̃/ pose a serious problem for the learners. They are mutually merged and also confused with oral vowels. The aerodynamic study of French nasal vowels, pronounced by Jordanians learners indicates that they synchronize differently the onset of nasal airflow and distribute in different manner its quantity on the vowels with regard to the realization of natives. The formants measured at the beginning of /ɑ̃ ɛ̃ ɔ̃/ show that the learners do not have the same articulatory targets for the nasal vowels as the natives. The dissertation ends up with a reflection concerning strategies of phonetic correction, materials and technical propositions for pronunciation teaching

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.