Á corps perdu : sculpter la vie

par Emmanuelle Deramaix

Thèse de doctorat en Arts plastiques

Sous la direction de Nathalie Reymond.

Soutenue en 2012

à Paris 1 .


  • Résumé

    Le corps perdu dont il est question dans cette thèse est celui qui a disparu suite à un événement traumatique subi en 1998. Il s'agit d'un A. V. C qui m'a immobilisée pendant plusieurs mois et qui a engendré une paralysie de toute la partie gauche de mon corps. Ce bouleversement physique va se répercuter sur mon travail plastique. Ressentant avec davantage d'acuité des phénomènes physiques tels que la gravité, l'immobilité et l'horizontalité, je vais tenter de les comprendre à travers une approche plastique plus que médicale. Je ne vais garder de mon ancienne pratique qu'un fil blanc auquel je vais m'accrocher pour me construire une nouvelle identité. C'est « à corps perdu », dans une nécessité vitale que je vais non pas tenter une réparation, mais une re-création. Ainsi, c'est ce corps mis à mal par l'A. V. C qui va permettre l'advenue d'un Je créateur qui continuant à dérouler le fil blanc de mon ancienne pratique va s'enrichir de mes incapacités physiques, travaillant désormais le soin et la relation au même titre que le temps. L'incertitude du vivant est désormais au cœur de cette pratique entre art et vie.

  • Titre traduit

    The lost body : sculpt the life


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1vol. (348 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 319-330. Index

Où se trouve cette thèse ?