La prison cellulaire et la folie des prisonniers : histoire des représentations de la prison et des prisonniers (1819-1848)

par Aya Umezawa

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Dominique Kalifa.

Soutenue en 2012

à Paris 1 .


  • Résumé

    Le Code pénal considérait la prison comme un établissement pour corriger et resocialiser les criminels. Pourtant, à partir de 1848, la France commença à envoyer une partie de ses condamnés aux colonies. La France a-t-elle infléchi sa politique pénale en attachant trop d'importance à sa politique coloniale? Sous la Restauration, les détenus étaient décrits comme des objets de correction et de réhabilitation. Pourtant, les « criminalistes» de la monarchie de Juillet -temps de crise économique et de malaise social- donnèrent l'alarme aux Français en disant que les prisonniers formaient un « pays ennemi ». La France tenta de se défendre en instaurant le système cellulaire de 24 heures avec travail. Toutefois, on disait que ce système pourrait rendre certains prisonniers fous. Les criminalistes prétendirent que seuls les plus incorrigibles des prisonniers pourraient perdre la raison en cellule. Juste avant la Révolution de Février, le projet de loi sur la prison cellulaire arriva jusqu'à la Chambre des Pairs. La France était près d'établir une politique pénale dont le but principal était la défense des Français contre les criminels, aux dépens de la santé de quelques prisonniers. Lors des débats sur l'envoi des condamnés dans les colonies, la topique du « pays ennemi» fut récurrente. La représentation des prisonniers se transforma peu à peu durant la première moitié du XIXe siècle pour engendrer une nouvelle politique pénale conçue comme guerre contre les criminels.

  • Titre traduit

    ˜The œ"prison cellulaire" and the prison madness : representation of prison and prisoners (1819-1848)


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (355 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f.337-343. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Panthéon-Sorbonne. Bibliothèque Pierre Mendès France.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : R 12 : 29
  • Bibliothèque : Bibliothèque Maurice Agulhon (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2012UME

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 13177
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.