Dada après Dada (années 1930-1940)

par Cécile Bargues

Thèse de doctorat en Histoire de l'art

Sous la direction de Philippe Dagen.

Soutenue en 2012

à Paris 1 .


  • Résumé

    Pour Jean Arp, Kurt Schwitters ou encore Raoul Hausmann, le propre de Dada serait de se survivre en changeant sans cesse de visage. Cette thèse retrace ce qu'il advient du mouvement dans les années 1930 et 1940. Elle s'attache d'abord à montrer son caractère de transformation permanente en s'appuyant sur les œuvres des dadaïstes se considérant toujours comme tels, ce qui est particulièrement le cas de Raoul Hausmann. Dans un deuxième temps, une étude historiographique, et une analyse des expositions, tant en France qu'aux Etats-Unis, viennent préciser les rapports de Dada avec le champ de l'histoire de l'art. Son rejet (en France) et son intégration progressive (aux Etats-Unis) agissent comme un révélateur des présupposés de la discipline. Par un effet miroir, Dada vient servir un questionnement sur les thèmes constitutifs du discours des historiens de l'art de la période étudiée, qu'il s'agisse du nationalisme, ou du modernisme. Ces deux approches sont imbriquées l'une dans l'autre, les dadaïstes assistant, et participant, à l'historicisation du mouvement.

  • Titre traduit

    Dada after Dada (1930's - 1940's)


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (402 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 357-402. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Pierre Mendès France (Paris).
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : R 12 : 112

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/4594
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.