Vengeance et guerre seigneuriale au XIVe siècle (Royaume de France - Principauté de Liège)

par Jean-Philippe Juchs

Thèse de doctorat en Histoire médiévale

Sous la direction de Claude Gauvard.

Soutenue en 2012

à Paris 1 .


  • Résumé

    La vengeance - désignée également par le mot faide - et la guerre seigneuriale ont été peu étudiées en ce qui concerne le royaume de France et la principauté de Liège à la fin du Moyen Age. C'est cette lacune de l'historiographie que tente de combler la présente étude tout en prenant ses distances avec la notion de guerre privée. Grâce au recours à la statistique et à l'analyse sémantique, il est possible de rendre compte des rapports sociaux qui, au XIVe siècle, s'expriment, s'actualisent et se constituent lors du processus vindicatoire. Les plaidoiries du Parlement de Paris et les œuvres de Jacques de Hemricourt montrent que les groupes qui s'affrontent comprennent des parents, essentiellement par le sang, et des serviteurs. Ces groupes prennent hommes et biens, détruisent châteaux et récoltes. Ces opérations portent atteinte au pouvoir seigneurial de l'adversaire: la vengeance prend donc la forme d'une guerre seigneuriale. Au XIVe siècle se produit une mutation des rapports de pouvoir qui accompagne la naissance de l'Etat. Le roi tend à s'approprier la faide qui devient ainsi la guerre du roi, la seule légitime. Il renforce sa position sociale et se différencie toujours davantage du reste de l'aristocratie qui devient progressivement une catégorie sociale particulière, la noblesse. Ce processus s'accompagne d'un encadrement de la faide des nobles par les institutions monarchiques, d'une redéfinition des normes de cette pratique et d'une criminalisation de celle-ci qui concourent à la disparition de la guerre seigneuriale.

  • Titre traduit

    Feud and seigneurial war in fourteenth century Kingdom of France and Principality of Liège


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (749 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p.xxx-xxx. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Panthéon-Sorbonne. Bibliothèque Pierre Mendès France.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : R 12 : 20

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 13126
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.