Impact de l’association culturale Brassicacée-Fabacée sur l’exploitation des ressources par les plantes et par le parasitoïde Diaretiella rapae

par Marie Jamont

Thèse de doctorat en Biologie et agronomie

Sous la direction de Joëlle Fustec.


  • Résumé

    L’introduction d'une espèce végétale dans une culture peut avoir des répercussions sur les interactions directes et indirectes entre organismes et entre les différents niveaux trophiques. Nous avons évalué l'effet de l'introduction d'une Fabacée productrice de nectar extrafloral dans une culture de Brassicacées sur l'exploitation des ressources par les plantes et les parasitoïdes. Le système tritrophique étudié est constitué d'une Brassicacée Brassica napus, d'un phytophage Brevicoryne brassicae et de son parasitoïde Diaeretiella rapae dans lequel a été introduite une Fabacée Vicia faba fixatrice d'azote atmosphérique et productrice de nectar extrafloral. En présence de V. Faba, les Brassicacées ont accumulé plus d'azote qu’en monoculture. En association, les espèces ont présenté des architectures racinaire complémentaires conduisant à une diminution de la compétition pour l'azote du sol. De plus,la fixation symbiotique permet un partage des sources d'azote (sol, air). L'introduction de V. Faba a aussi eu un impact sur la fitness et l'exploitation des ressources par les parasitoïdes. En effet, à l'état adulte, les parasitoïdes doivent trouver des hôtes pour se reproduire, mais aussi de la nourriture pour couvrir leur besoins énergétiques. Nous avons montré que le nectar extrafloral, à proximité des hôtes, augmentait la longévité des parasitoïdes ainsi que le nombre des descendants produits au cours de leur vie. De plus lorsque nous avons comparé des patchs avec des Fabacées produisant du nectar à des patchs avec des Fabacées non productrices, nous avons mis en évidence que les patchs avec nectar retenaient plus longtemps les parasitoïdes et avaient aussi un effet attractif. La présence d'une ressource supplémentaire pour les parasitoïdes a donc modifié leurs stratégies d'exploitation avec une augmentation du nombre de pucerons parasités.


  • Résumé

    A higher diversity in cropping systems may be a way of decreasing the use of pesticides and fertilizers. The aim of this PhD thesis was to evaluate the effect of intercropping a Fabaceae crop producing extrafloral nectar with a Brassicaceae on the exploitation of resource by plants and parasitoids. We studied a tritrophic system involving a Brassicaceae (Brassica napus), an aphid (Brevicoryne brassicae), its parasitoid (Diaeretiella rapae), and a Fabaceae (Vicia faba). V. Faba is able to fix atmospheric nitrogen and produce extrafloral nectar in its stipules. B. Napus intercropped with V. Faba accumulated more nitrogen than in monoculture, and dry weight was increased. First, the two species harbored complementary root architecture that decreased plant competition for the soil N and second, from flowering of V. Faba, nitrogen fixation increased. So we highlighted a high complementary for N resource use between plants. V. Faba also had an impact on parasitoid fitness and resource use by D. Rapae. Many parasitoid females have to search for hosts to lay eggs and for food for their basic metabolic needs. Parasitoid longevity and the number of offspring per female during their life were significantly increased by providing extrafloral nectar. In addition, we compared patches with V. Faba producing nectar and patches with V. Faba non-producing nectar. In host patches surrounded by nectar, attractiveness and patch retention could be involved in the higher number of parasitoid foraging and higher parasitism was recorded. Increasing crop diversity resulted in changes in the strategies of resource exploitation by plants and parasitoids. These changes were beneficial to Brassicaceae, with better use of available nitrogen and a possible regulation of pests by parasitoids thanks to the contribution of nectar.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. 135 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. (130-133 p.)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : AGROCAMPUS OUEST. Bibliothèque Générale de Rennes.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : C 108
  • Bibliothèque : AGROCAMPUS OUEST. Institut national d'horticulture et de paysage. Bibliothèque générale.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : Th AO (BG-2014/074)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.