Infections humaines et molécules de costimulation lymphocytaires T

par Gaurav Kumar

Thèse de doctorat en Interactions moléculaires et cellulaires

Sous la direction de Pierre-Marie Roger.

Soutenue en 2012

à Nice .


  • Résumé

    Les maladies infectieuses, causées par divers microorganismes, sont la première cause de mort à travers le monde. Les lymphocytes T sont une population variée de cellules qui participent aux immunités innée et adaptative. Nous cherchons à caractériser les réponses lymphocytaires T lors des infections bactériennes et virales chez l’homme. Notre recherche, menée à partir de prélèvement humains, s’est portée sur l’infection osseuse (IO) bactérienne chronique, sur le Syndrome de Détresse Respiratoire Aiguë de l’adulte (SDRA), et sur l’infection par le Virus de l’Immunodéficience Humaine (VIH). Les IO sont caractérisées par une augmentation de l’activation et une diminution de la prolifération lymphocytaire T, associées à une diminution de CD28 et une augmentation de la molécule de costimulation CTLA4 au sein de la population CD4. La sous-population T CD4+CD28- a des capacités cytolitiques accrues comparativement aux lymphocytes T CD28+, avec une augmentation de la sécrétion de perforine. Au cours du SDRA, l’activation et la prolifération des lymphocytes T alvéolaires sont associées à une augmentation de l’expression de CLTA4, en lien avec la présence de clones TH-17. L’IL17 participerait à une attraction de l’expression de CTLA4, en lien avec la présence de clones TH-17. L’IL17 participerait à l’attraction des polynucléaires neutrophiles pouvant initier la fibrose observée lors d’un SDRA. Au cours du VIH, l’introduction d’un anti-intégrase en complément d’une trithérapie usuelle efficace diminue l’ADN viral intracellulaire dans les T CD4, et est associé à une augmentation de CD28 et une diminution de CTLA4 sur ces mêmes cellules, et à une inhibition relative du taux d’apoptose. En conclusion, les modifications de molécules de costimulation lymphocytaires T sont dépendantes du site d’infection et/ou du stade aigu ou chronique de l’infection, et non de l’agent pathogène en cause. Les traitements anti-infectieux peuvent modifier l’expression de ces molécules de costimulation, les thérapies ciblant ces molécules devant donc intégrer ces critères cinétiques.

  • Titre traduit

    Human infections and pattern of T-cell costimulatory molecules


  • Résumé

    Infectious diseases, caused by various microorganisms are the major cause of death worldwide. T-lymphocytes are a diverse population of cells that participate in both innate and adaptive immunity. We are defining human T lymphocyte responses to viral and bacterial infection and their role on protective immunity and disease pathogenesis. Our research focuses on chronic and acute bacterial and viral infection in Osteomyelities, Acute respiratory distress syndrome (ARDS) and human Immunodeficiency virus (HIV). Our research is largely clinically based because these diseases do not have good experimental animal models. We report increased T-cell activation and decreased proliferation along with the alteration of its costimulatory pathways as hallmarks of bacterial bone infections in humans. A remarkable decrease in the CD28 expression on CD4 T cells was observed in infected bone tissues along with increased CTLA4 expression. On further analysis of CD28 negative CD4 T cell population, it seemed that it has enhanced cytotoxic capabilities in comparison to their CD28 positive counterparts, being obvious by increased perforine secretion. In ARDS we observed increased activated and proliferating T cell phenotype with increased CTLA4 expression, suggesting that increased CTLA4 seems to play a suppressive role in order to achieve normal T cell homeostasis after going through the active phase of activation. Also we observed IL-17 secretion in ARDS, which may suggest the role of IL-17 as a chemoattractant for neutrophils at the site of infection. In AIDS, the included patients had a stable HAART treatment with undetectable viral load for at least six months. In our study we did not observed major alteration in T cell phenotype and its costimulatory molecules after Raltegravir introduction, but we observed a decrease in viral load in CD4 T cells. In conclusion, alteration of the costimulatory molecules appeared to be disease-related but not pathogen specific.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (229 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 208-229. Résumés en français et en anglais

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Nice Sophia Antipolis. Service commun de la documentation. Section Sciences.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 12NICE4057
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.