L'espace dans le roman de Pedro Montengon

par Dame Diop

Thèse de doctorat en Espagnol

Sous la direction de Marc Marti.

Soutenue en 2012

à Nice , dans le cadre de École doctorale Lettres, sciences humaines et sociales (Nice) , en partenariat avec Laboratoire LIRCES-EA 3159 (Nice) (laboratoire) .


  • Résumé

    Le propos de cette thèse consiste à démontrer le rôle primordial de L’espace dans le roman de Pedro Montengón, grâce aux propositions méthodologiques du Professeur Jacques Soubeyroux qui a introduit l’espace comme une troisième catégorie du récit, à l’image du temps et de la narration considérés par la critique moderne comme étant les deux principaux éléments fondamentaux de la “représentation”. Devenu un lieu du sens, l’espace est dès lors une “catégorie textuelle” à part entière. Quant à son application au roman de Pedro Montengón (1745-1824), on se rend compte de ses différentes fonctions, puisqu’il sert à embrayer le récit en permettant à la fois le déroulement de l’action et la progression de l’intrigue romanesque. Par conséquent, l’analyse de la topographie romanesque facilite l’accès à l’univers littéraire de Pedro Montengón, voire des Lumières en Europe et de l’Ilustración en Espagne. C’est ainsi que nous parvenons à classifier sa production romanesque tantôt picaresque et sentimentale dans Eusebio (1786), tantôt éducative et sentimentale dans Eudoxia (1793), tantôt épique et gothique dans El Antenor (1788-1789) et El Rodrigo (1793), et tantôt pastorale, adaptée dans El Mirtilo (1795). Mais, dans quel contexte ces écrits avaient-ils vu le jour ? La réponse à cette question nous ramène dans le vif du sujet, eu égard à l’émergence difficile du roman qui était considéré comme une histoire feinte (historia fingida), dangereuse, en raison de la liberté des personnages dans la fiction. C’est ce qui explique son absence dans les genres officiellement reconnus, tels que le théâtre et la poésie, et bien encadrés par des canons rigides. Outre la censure sociale et étatique, le Saint Office était intransigeant pour faire respecter la littérature « utile », antinomique de la distraction et des idées philosophiques. Ainsi l’écrivain d’Alicante avait-il eu recours à l’autocensure esthétique en fuyant vers des mondes idéaux, que ce soit dans l’espace ou dans le temps. Il s’agit en effet d’une subversion de la réalité qui l’oblige à être en perpétuelle quête d’une utopie. D’où les connections entre l’imaginaire et le réel dans les écrits de Montengón, y compris la jonction de l’utile à l’agréable, les voyages et les métarécits des romans interpolés. Enfin, l’opposition de la ville tumultueuse et périlleuse, à la campagne tranquille et paisible est presque permanente dans le roman de Montengón, à l’aune du Menosprecio de Corte y Alabanza de Aldea De Fray Antonio de Guevara

  • Titre traduit

    Space in the novels by Pedro Montengon


  • Résumé

    The goal of this dissertation is to show the essential role of Space in the novels by Pedro Montengón thanks to the methodological proposals of Professor Jacques Soubeyroux who has introduced space as a third category of narrative along with time and narration which are considered by modern review as being the main two fundamental elements of “representation”. Once it has become a meaningful place, space is from then on a full “textual category”. When specifically applied to the novels of Montengón (1745-1824), one better understands its different functions since it serves to get started on the narrative by both allowing action to proceed on and plot to progress. Thus, analyzing the novel topography makes it easier to enter the literary universe of Pedro Montengón and even the Age of Enlightenment in Europe and the Ilustración in Spain. This approach helps us classify his literary work at the same time picaresque and sentimental in Eusebio (1786), educative and sentimental in Eudoxia (1793), epic and gothic in El Antenor (1788-1789) and adapted pastoral in El Mirtilo (1795). But in what context did those writings come to light? The answer to this question brings us right back to the subject matter of our dissertation considering the difficult surfacing of the novel which was considered as a fake story (historia fingida) and also dangerous because of the characters’ liberty in fiction. This is why it is absent in the officially recognized genres well controlled by rigid canons such as theater and poetry. In addition to social and state censorship, the Holy Office was uncompromising in enforcing the « useful » literature which is the antinomy of entertainment and of philosophical ideas. That’s why the writer from Alicante did indeed use esthetic self-censorship by fleeing to ideal worlds, whether it is in space or in time. It is actually a subversion of reality which obliges him to be perpetually in search of a utopia. Hence we find connections between the imaginative world and the real one in the writings of Montengón, included mixing business with pleasure, the travels and the meta-narratives of interpolated novels. Lastly, opposing the bustling and dangerous city to the quiet and peaceful countryside is almost a permanent feature in Montengón’s novel, in the light of Menosprecio de Corte y Alabanza de Aldea by Fray Antonio de Guevara.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (384 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 366-376. Index. Résumés en français et en anglais.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Nice Sophia Antipolis. Service commun de la documentation. Bibliothèque Lettres, Arts, Sciences humaines-Henri Bosco.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2012 NICE 2013
  • Bibliothèque : Université Nice Sophia Antipolis. Service commun de la documentation. Bibliothèque Lettres, Arts, Sciences humaines-Henri Bosco.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2012 NICE 2013 Bis
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.