La légitimité du roi au début de la XVIIIe dynastie : essai d'analyse phraséologique et historique du règne d'Hatchepsout

par Sébastien Biston-Moulin

Thèse de doctorat en Égyptologie

Sous la direction de Frédéric Servajean.

Soutenue le 19-12-2012

à Montpellier 3 , dans le cadre de École doctorale 60, Territoires, Temps, Sociétés et Développement (Montpellier ; ....-2014) , en partenariat avec Archeologie des societes mediterraneennes (laboratoire) .

Le président du jury était Christophe Thiers.

Le jury était composé de Frédéric Servajean, Christophe Thiers, John Baines, Dimitri Laboury.

Les rapporteurs étaient John Baines, Dimitri Laboury.


  • Résumé

    L’accession de la reine Hatchepsout à la royauté durant le règne d’un autre roi, Thoutmosis III, dont elle est la régente est en tout point remarquable puisqu’elle aboutit à l’existence de deux co-rois contemporains. L’exceptionnalité de la situation offre un prisme singulier permettant d’identifier des mécanismes iconographiques et phraséologiques liés à l’expression de l’identité royale en Égypte ancienne. Un examen critique des abondants vestiges de cette période et une nouvelle lecture des principales inscriptions à caractère politique de la reine conduiront à formuler une série d’hypothèses relatives au déroulement et aux motivations de cette prise de pouvoir. Une nouvelle datation pour les premières attestations d’hostilité vis-à-vis de la mémoire de la reine sera également proposée à la lumière de découvertes récentes faites dans le temple de Karnak. La question du rapport de la reine à son histoire sera également examinée et les soupçons de manipulations historiques liées à sa « corégence fictive » avec son père, roi défunt, écartées. La confrontation des éléments relatifs à l’expression de l’identité du roi au début de la XVIIIe dynastie issus du corpus phraséologique réuni dans ce travail avec la documentation historique du règne d’Hatchepsout nourrira la réflexion engagée sur la définition des éléments qui fondent la légitimité d’un individu à être roi.

  • Titre traduit

    Non communiqué


  • Résumé

    The accession of queen Hatshepsut as king during the reign of another king for whom she was regent, Thutmosis III, is remarkable in all respects since it resulted in co-rulers. This unparalleled situation offers a unique opportunity to identify the iconographic and phraseological mechanisms that could be mobilised in the expression of royal identity. Critical examination of the historical evidence from this period, including new readings of Hatshepsut’s main political inscriptions, leads to a number of new hypotheses for understanding this process and the underlying motivations. The suggested date for the first attested hostility toward the queen’s memory is challenged in light of recent discoveries in the temple of Karnak. Questions relating to how Hatshepsut’s history was presented are discussed, and her “fictitious co-regency” with her father Thutmosis I is dismissed. A corpus of expressions of royal identity from the early eighteenth dynasty is compared with the historical documentation from Hatshepsut’s reign, offering new perspectives on how individual royal legitimacy could be defined.



Le texte intégral de cette thèse sera accessible sur intranet à partir du 19-12-2022

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.