Le dieu Haroéris

par Anaïs Tillier

Thèse de doctorat en Égyptologie

Sous la direction de Frédéric Servajean.

Le président du jury était Jean-Claude Goyon.

Le jury était composé de Frédéric Servajean, Jean-Claude Goyon, Françoise Labrique, Christophe Thiers.

Les rapporteurs étaient Jean-Claude Goyon, Françoise Labrique.


  • Résumé

    L’étude consacrée à Haroéris a été réalisée à partir d’un corpus de plus de 500 documents mentionnant le dieu. Son objectif est de mettre en lumière les différents aspects de sa personnalité ainsi que ses fonctions dans les mythes et rituels constituant la théologie des temples. Le résultat ne saurait être complet en raison de la disparition d’une part importante des monuments dédiés au dieu. Seul l’un de ses trois temples majeurs subsiste aujourd’hui. La documentation conservée couvre une période allant du Moyen Empire à l’époque romaine (env. 1900 av.-300 ap. J.-C.). Elle offre ainsi l’opportunité d’analyser les origines d’Haroéris et l’évolution de sa théologie. Le dieu a été vraisemblablement créé au début du Moyen Empire. À cette époque, il reçoit un culte dans une ville du Delta proche d’Héliopolis d’après son nom de 1r-wr-Ra l’identifiant au dieu créateur Rê. Cette forme d’Haroéris est abandonnée au début du Nouvel Empire lorsqu’apparaît la nouvelle forme du dieu « Haroéris-Mekhenty(en)irty », attestée jusqu’à l’époque romaine. Son assimilation à l’ancien dieu létopolitain Mekhenty(en)irty résulte sans doute de son arrivée à Létopolis, présentée dans les sources tardives comme son principal lieu de culte. Haroéris possède également un sanctuaire à Kom Ombo et à Qous. À Kom Ombo, il partage son temple avec le dieu-crocodile Sobek. Toutefois, il joue le rôle principal dans les mythes locaux (combat primordial contre les ennemis de Rê ; retour de la Déesse Lointaine). Le temple de Qous est dédié à la naissance du dieu mis au monde par Héqet-Nout. Haroéris y joue également le rôle de protecteur de la famille osirienne.

  • Titre traduit

    The god Haroeris


  • Résumé

    The study devoted to Haroeris was carried out from a corpus of more than 500 sources which quote the god. Its aim is to highlight the various characteristics of his personality and his duties in the myths and rituals which make up the theology of temples. The result is not complete because of the loss of a significant portion of monuments dedicated to the god. Only one of his three major temples remains today. The preserved documents cover a period from the Middle Kingdom to the Roman period (ca. 1900 BC-300 AD). It gives the opportunity to analyze the origins and the evolution of Haroeris’ theology. The god was probably created at the beginning of the Middle Kingdom. At that time, he is worshiped in a city of the Delta near Heliopolis according to his name 1r-wr-Ra which identity him with the creator god Ra. This feature of Haroeris is abandoned at the beginning of the New Kingdom when appears the new form of the god named “Haroeris-Mekhenty(en)irty” and attested until the Roman period. The assimilation of Haroeris to the old Letopolitan god Mekhenty(en)irty is probably due to his arrival at Letopolis which is considered to be the main place of his worship in late sources. Haroeris also has a sanctuary in Kom Ombo and Qus. In Kom Ombo, he shares his temple with the crocodile-god Sobek. However, he plays the main role in the local myths (primordial fighting against the enemies of Ra; return of the Faraway Goddess). The temple of Qus is dedicated to the birth of the god delivered by Heqet-Nut. Haroeris also plays the role of protector of the osirian family. KEYWORDS

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?